URBANISME

CONTEXTE ET BILAN

’La ville est le lieu d’émancipation sociale par excellence. Aujourd’hui, plus de 50% de la population mondiale et près de 80% de la population européenne vit en milieu urbain. C’est dire si la ville est devenue l’habitat et le lieu d’activités d’une majorité écrasante de citoyens. L’aménagement du territoire, l’urbanisme et les politiques de revitalisation urbaine et commerciale sont à la base de la qualité de vie en ville. Ils doivent donc énoncer les grands enjeux de développement territorial, adapter la Ville à ses nouveaux défis et stimuler les projets qui respectent son identité, sa qualité, son usage et assurent par là un avenir durable à tous ses citoyens. Afin d’offrir aux Bruxellois une ville dynamique où il fait bon vivre et travailler, nous voulons renforcer les fonctions essentielles à la vitalité et à l’attractivité de Bruxelles telles que l’habitat, l’activité économique et commerciale ainsi que l’offre d’équipements et de loisirs.

 

Les politiques de développement du territoire, d’urbanisme et de revitalisation urbaine visent à préparer la ville aux défis de demain : améliorer la qualité de vie des habitants, réduire l’empreinte environnementale des activités humaines, créer des emplois et des activités locales, façonner des espaces publics propices à la création de liens sociaux. Elles tiennent également compte des impacts liés au réchauffement climatique et à l’évolution démographique, et veillent à utiliser les ressources (naturelles) disponibles de manière responsable et avec parcimonie. Le Ville de Bruxelles a un rôle fondamental à jouer pour concrétiser ces objectifs, tout en s’inscrivant dans une vision régionale et interrégionale cohérente. Il s’agit de tirer le meilleur parti des spécificités et potentialités de chaque partie de notre territoire. Il importe également de développer la supracommunalité, afin de mettre en commun les forces de chaque commune, de façon solidaire et équitable. La politique de développement territorial voulue par le PS de la Ville implique aussi de coordonner l’ensemble des politiques publiques, en sorte d’assurer la cohérence de l’action en concertation avec la Région. Notre Ville doit également permettre une participation active de ses habitants et de ses forces vives. Ceux-ci doivent pouvoir contribuer à la conception et la réalisation des projets d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Les projets structurants de la commune seront ainsi plus largement appuyés par la population.

PROGRAMME

URBANISME

 

Nous proposons de :

 

pour atteindre ces objectifs :

 

  • Établir un projet de développement territorial pour la Ville de Bruxelles, en intégrant l’ensemble des politiques publiques et en impliquant toutes les forces vives.

 

  • Élaborer dans les plus brefs délais un Plan communal de développement durable (PCDD) comme synthèse de notre vision du développement de la Ville. Ce plan reprendra l’ensemble des objectifs et projets de la Ville à l’échelle de la mandature et sera doté d’un processus d’évaluation périodique et d’indicateurs permettant l’objectivation des résultats atteints.

 

  • Renforcer la connaissance territoriale de la Ville de Bruxelles afin d’agir correctement, avec une connaissance fine de la situation existante et des projets en cours :

 

  1. -> Systématiser le recours au CityGIS (solution de cartographie en ligne) de la Ville comme outil d’accès transversal à l’information, d’aide à la prise de décision, de monitoring et de gestion;
  2. -> Renforcer le contenu des bases de données de la Ville de Bruxelles et mettre en place une cartographie dynamique (faciliter l’accès à une carte complète des propriétés de la Ville - Régie foncière – CPAS, avec le détail de leur affectation)

 

  • Valoriser le patrimoine public et mettre en place des partenariats stratégiques entre les pouvoirs publics communaux (Urbanisme, Régie foncière et CPAS) régionaux, pararégionaux (SLRB, Citydev, SAU, STIB, etc.) voire fédéraux (régie fédérale, SNCB, Infrabel, etc.) dévolus à la valorisation des propriétés publiques. Cette valorisation du patrimoine qui représente un bras de levier important pour la planification de la Ville, pourrait également être utile tant pour améliorer la qualité de vie des riverains que pour financer la rénovation ou la création des logements publics sociaux ou moyens.
  • Offrir un second souffle à des bâtiments patrimoniaux importants et symboliques de notre Ville

 

  1. -> La ferme Den Bels sera rénovée et transformée en un lieu d’accueil de la petite enfance et une antenne de proximité de l’état civil
  2. -> Le déplacement de la fonction d’accueil du Petit Château (que la Ville ne souhaite pas installer à Neder-Over-Heembeek) est une occasion pour redynamiser cette partie de la Ville
  3. -> un bâtiment plus adapté pour accueillir les services d’entretien de la Ville est prévu. Cela donnera l’occasion de revaloriser la Ferme des Boues dans un quartier en plein expansion
  4. -> les Pavillons Meudon doivent impérativement être sauvegardés

 

  • Valoriser le patrimoine harenois (fermes, caractère vert, chemins et sentiers, etc.) et procéder à une densification qualitative.

 

  • Etablir une stratégie de valorisation des toitures plates des bâtiments de la Ville pour des terrasses, de l’espace public, le solaire, les toitures extensives, l’agriculture urbaine, les ruches, etc.

 

  • Systématiser la récupération de l’eau de pluie et le placement de panneaux solaires en prévoyant des sanctions en cas de non-respect des dispositions prévues.

 

  • Développer l’exemplarité de la Ville dans la gestion de son patrimoine (ex : lors de la vente d’un bâtiment appartenant à la Ville, imposer des affectations précises et un processus qualitatif de sélection des bureaux d’études pour assurer la qualité architecturale et durable des projets sur notre territoire).

 

  • Mettre un terme à la sous-exploitation et valoriser un maximum les terrains appartenant à la Ville de Bruxelles (refuser la densification opportuniste et non planifiée en termes de mobilité, de maillages bleu et vert, d’intégration paysagère, etc.).

 

  • Réduire significativement l’étalement urbain en diminuant le nombre de surfaces urbanisables, en densifiant le bâti existant – dans le respect de la qualité de vie des habitants et des caractéristiques du quartier – en réaménageant en priorité les friches et les quartiers dégradés, et en utilisant pour le surplus les zones non bâties entourées de terrains bâtis.

 

  • Favoriserlamixitédesfonctionsduterritoirepourrenforcerl’attractivitédesquartiers et améliorer l’accessibilité des citoyens aux services, aux emplois, aux commerces, aux loisirs, aux espaces verts, etc. Travailler à plus de mixité fonctionnelle dans les quartiers nord (mixité bureaux/night life ou bureaux/logements) et européen (plus de logements, commerces, équipements, etc.).

 

  • Développer la fonction de Bruxelles-Capitale de l’Union européenne en concertation avec les habitants du quartier, notamment en soutenant l’élaboration du Plan d’aménagement directeur (PAD) Loi dans la version « quartier mixte » et créer des espaces publics propices aux «rassemblements européens».

 

  • Faciliter les occupations temporaires de biens vacants (utilisés comme logement, pop-up store, bureaux, locaux associatifs, etc.) D’expérience cela igénère un contrôle social, plus de propreté, de nouvelles activités sociales ou culturelles. Au final elles préfigurent une réaffectation futures.

 

  • Répondre aux demandes d’associations humanitaires relatives à l’hébergement de personnes fragilisées en négociant avec les propriétaires privés l’occupation provisoire de leurs immeubles en attente de travaux.

 

  • Favoriser la création d’Ecoquartiers sur du foncier tel qu’on en trouve à Haren.

 

  • Protéger les zones vertes et perméables, privatives (en intérieur d’îlot) ou publiques (cf. danger des inondations, îlots de chaleur, etc.).

 

  • Instaurer un plan de végétalisation générale de la Ville. Pour préserver la qualité de l’air, il est opportun de planter des arbres dans les quartiers densément bâtis et minéralisés. Pour ce faire, il convient d’identifier chaque endroit pouvant être planté d’arbres et ne pas envisager une plantation seulement à l’occasion d’un réaménagement. Par ailleurs, il faut poursuivre le projet de forêt urbaine à Neder- Over-Heembeek.

 

  • Réaliser des projets d’aménagement « intégrés » en concentrant sur un quartier un ensemble de politiques (participation citoyenne, logement, énergie, mobilité, rénovation urbaine, animation sociale, etc.) afin de créer une dynamique collective et des économies d’échelle.

 

  • Co-construire les projets urbanistiques en associant les pouvoirs publics, les maîtres d'œuvre et les futurs utilisateurs de l'espace en question.

 

  • Réserver un budget participatif pour l’amélioration des espaces publics de proximité.

 

  • Renforcer l’accessibilité des services d’urbanisme et encourager la commune dans son rôle de conseil en urbanisme.

 

  • Créer un vade-mecum communal qui reprenne les principales formalités urbanistiques, afin que les citoyens et les porteurs de projets puissent comprendre les démarches à entreprendre et les règles à suivre pour faire aboutir leur dossier.

 

  • Simplifier et dématérialiser les procédures communales, en collaboration avec la Région, et éviter aux citoyens de mener des démarches multiples auprès des différents services concernés par le développement territorial (urbanisme, logement, travaux publics, etc.) en assurant la coordination entre eux.

 

  • Promouvoir la qualité architecturale des espaces et bâtiments publics ainsi que des constructions privées, via les outils d’urbanisme, les marchés publics et les permis.

 

  • Veiller à la bonne coordination et à l’exécution rapide des chantiers de travaux publics, en coordination avec la Région le cas échéant, et informer correctement les riverains, commerçants et autres personnes concernées.

 

  • Renforcer la mise en place du Plan Energie/PEB pour l’ensemble du parc immobilier de la Ville de Bruxelles.

 

  • Mener une réflexion globale sur la gestion de l’eau dans notre Ville ; tant sur son utilisation rationalisée (récupération des eaux de pluie pour l’arrosage) que l’amélioration de la gestion de fontaines et autres installations qui peuvent rafraichir par période de canicule de plus en plus fréquente.

 

  • Soutenir et accompagner assidûment la mise en place du CRU1 et du PAD (plan d’aménagement directeur) Max par la Région. Elle représente une opportunité pour réaménager en profondeur ce quartier (parc Maximilien, ouverture de la Senne, construction d’une tour des sports, projet Kanal, passerelle Picard).

 

  • Tenir compte de la dimension « Genre » dans l’aménagement du territoire.

 

  • Organiser chaque année, une présentation à la presse des grands chantiers de Bruxelles et de leur état d’avancement en compagnie des sociétés adjudicataires. L’idée est de responsabiliser publiquement sur les délais et la bonne réalisation des travaux.

 

SYNTHESE PAR QUARTIERS :

 

  • Pentagone :

 

  1. Poursuivre le projet d’embellissement du cœur historique de la capitale : boulevards du centre, Halles Saint Géry, Bourse, De Brouckère, Fontainas…
  2. Réaménager la rue Neuve et le boulevard A. Max.
  3. Poursuivre les projets Grétry, Brucity, Porte de Ninove, porte d’Anvers…
  4. Réaménager le site Remparts des Moines en vue d’y augmenter la mixité de population (via la construction de logements moyens et la diminution du nombre de logements sociaux).
  • Neder-Over-Heembeek :

 

  1. Urbaniser la ZIR 4 en entrée de Ville mixte avec logements écoles et infrastructures sportives.
  2. Réaménager les abords du BRYC afin de magnifier les qualités paysagères du site.
  3. Aménager une ligne de tram connectant Neder-Over-Heembeek au centre-ville.
  4. Poursuivre le projet de forêt urbaine et renforcer les spécificités environnementales du quartier.
  • Quartier européen :

 

  1. Assumer pleinement la fonction de capitale européenne de Bruxelles en renforçant l’identité et l’attractivité de ce quartier : libérer des gabarits via le PAD Loi, promotion de la mixité fonctionnelle via la transformation de bureaux en logements, accompagnement de projets d’occupation temporaire en logements, commerce et équipements.
  2. Réaménager la place Schuman en concertation avec les habitants.
  3. Définir une vision de développement de la rue Belliard.

 

  • Quartier Nord :

 

  1. Réaménager intégralement le parc Maximilien avec redéploiement des activités de la Ferme éponyme du parc Maximilien.
  2. Poursuivre la réappropriation des rives du canal à des fins récréatives (culture, espace vert, sports, etc.).

 

Stade :

 

Comme le démontre l’ambitieux Parc des Sports qui sera construit sur le Plateau du Heysel, l’engagement financier de la Ville est considérable et nous le soutiendrons pleinement.

Depuis de nombreuses années, le financement du stade national est à charge quasi exclusive de la Ville de Bruxelles, alors que cette infrastructure sert essentiellement à des événements de dimension supra locale. Ces événements de dimension nationale et internationale restent potentiellement d’actualité dans le cadre du contrat conclu avec le partenaire Europea.

Le stade est cependant vieillissant et nécessite aujourd’hui une rénovation lourde et coûteuse, à défaut de quoi il risque de perdre toute conformité sur le plan de la sécurité. Nous nous engageons à ce que le financement de cette rénovation ne soit pas uniquement mis à charge des finances locales. Il appartient donc aux principaux utilisateurs du stade, à savoir l’Union belge de football, de prendre leur responsabilités et de se prononcer clairement sur leurs souhaits en la matière et les pistes de financement permettant de les réaliser. À l’unique condition que de telles propositions sérieuses soient formulées, nous nous concerterons avec notre partenaire Europea (NEO 1) pour rechercher une solution respectueuse de la nouvelle vocation du Plateau du Heysel, et étudier soigneusement le financement qui y sera associé.

URBANISME

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous