TRAVAUX PUBLICS

CONTEXTE ET BILAN

Les travaux de voirie servent à l’aménagement de l’espace public. Trottoirs, chaussées, revêtement, places, mobilier urbain (bancs, corbeilles, potelets, panneaux de signalisation) participent à l’identité d’une rue ou d’un quartier. Ils donnent à la Ville sa physionomie en harmonisant l’espace qui est commun à tous les habitants. Nos concitoyens, tout comme les visiteurs de Bruxelles, se croisent en effet sur l’espace public en tant qu’usagers multiples : piétons, cyclistes, motards, automobilistes. Ils sont absorbés par différentes activités à différents moments de la journée : études, travail, divertissement, flânerie, shopping… L’espace public bruxellois est donc constamment sollicité. Pour le préserver de l’usure et l’adapter à l’évolution et la densification de l’environnement urbain il nous faut l’entretenir et le rénover en permanence.

 

Ces chantiers, nombreux, ne peuvent être engagés n’importe comment et n’importe quand. Il en va de la qualité de vie de nos concitoyens, laquelle caractérise la ville habitable. C’est pourquoi, les grands chantiers d’aménagement de voirie font l’objet d’une consultation des riverains concernés afin d’y intégrer leur expérience du quartier. Nous faisons encore en sorte que la durée du chantier et le délai d’achèvement prévus dans le marché public soient respectés, au moyen de mesures contraignantes s’il le faut. De même, les interventions en espace public sont réglementées afin d’éviter des réouvertures de voiries quelques semaines après la fin d’un chantier. Innervé de câbles de télécommunications, de conduites d’eau et de gaz, notre sous−sol est de surcroît parcouru d’un dense et ancien réseau d’égouttage. Les opérations d’entretien y sont fréquentes et nous faisons en sorte de les regrouper et de les coordonner en informant les impétrants (opérateurs publics ou privés), dès lors qu’un réaménagement de voirie exige l’ouverture de celle− ci. Enfin, nous veillons à une sécurisation maximale des périmètres d’intervention en espace public et à une information détaillée des citoyens afin de réduire les désagréments occasionnés.

 

Notre volonté de construire ensemble la Ville de demain trouve une traduction explicite en matière de travaux de voirie. Menés avec la participation des riverains, ceux−ci contribuent à rendre visible l’identité spécifique de chaque quartier. Car la mise en forme de la voirie et de l’espace public intègre à la fois l’histoire, la culture, l’art et le patrimoine du quartier considéré. Elle vise également l’égalité entre les usagers et l’équilibre des fonctions urbaines aux différents moments de la journée et de l’année.

Enfin, la participation citoyenne aux projets de réaménagement de voirie peut, en aval, s’avérer correctrice d’un éventuel hiatus entre le projet initial et sa fonctionnalité effective. Co−construire la Ville rendra celle−ci d’autant plus vivante.

 

PROGRAMME

TRAVAUX PUBLICS

 

Nous proposons la :

 

Mise en place d’une équipe de gestion de la communication des chantiers

 

Il convient de créer une cellule transversale qui fait le lien entre les techniciens et les usagers. Celle−ci commencerait sa mission aussitôt que le Collège aura décidé de lancer le projet de manière à créer une réelle dynamique de participation. A l’image du comité de gestion ou de la cellule Tranquillité publique elle doit :

 

  • être le point de contact unique pour répondre à toutes les questions que les
  • riverains se posent ;
  • informer le public en flux continu et vulgariser les données techniques ;
  • créer et organiser les supports de la communication (site Internet, toute-boîte, réunions…) ;
  • avoir la capacité d’évaluer les questions de mobilité, sécurité, propreté…
  • instaurer un budget soutient au commerçants impacté par des chantier à hauteur de 5% du montants global du cout des travaux

 

Le contact avec les citoyens serait aussi adapté en fonction du « statut » des riverains : habitants, commerçants, chalands… La cellule aura encore la responsabilité de gérer un budget afin de valoriser les zones de chantier par des projets collectifs. Enfin, une présence sur le terrain, un visage, un référent physique permettent d’incarner cette cellule avec laquelle les riverains sont invités à collaborer.

 

Mise en place d’une gestion responsable des espaces publics après les travaux

 

C’est ce qui est à l’oeuvre sur les boulevards du centre afin de les maintenir intacts le plus longtemps possible. Mais cette méthode devrait être la même pour l’ensemble de l’espace public. Car un espace public est, par définition, vivant. Sollicité, dévolu à toutes sortes d’usage, il est parfois malmené, volontairement ou involontairement… Quoiqu’il en soit, la Ville a la responsabilité de réagir très rapidement aux problématiques rencontrées.

 

Idéalement, la Ville devrait être informée par ses propres services de l’état de l’espace public. A l’instar de ce que fait la BruciTeam, un rapport journalier devrait aussi être établi couvrant l’ensemble des compétences de la Ville concernées :

dégradation et vandalisme, mobilité, incivilités, personnes en errance, sécurité, propreté, commerces…

 

De manière complémentaire, un service d’enregistrement des plaintes et doléances du public devrait être instauré. A l’image de certaines applications informatiques, ce service doit pouvoir suivre chaque demande transmise au service concerné qui lui communiquera de son côté un agenda de résolution des problèmes répertoriés. Un service efficient de gestion de l’information et de connaissance de l’espace public sera donc d’un grand avantage pour constater et résoudre des situations selon les domaines (demande de réparation ou d’embellissement de l’espace public, problème technique ou humain).

 

Le pouvoir public doit être le moteur mais il peut se faire épauler par le privé (contrat de gestion externe) et tirer profit des forces vives des riverains (comités de quartier, particuliers…). Enfin un système d’évaluation régulier pourrait être établi sur des critères de sécurité, propreté, santé, convivialité … Cela permet à la fois de valoriser les efforts des équipes de la Ville et de communiquer sur les améliorations apportées.

 

En outre, nous organiserons chaque année, une présentation à la presse des grands chantiers de Bruxelles et de leur état d’avancement, en compagnie des sociétés adjudicataires. L’idée est de responsabiliser publiquement sur les délais et la bonne réalisation des travaux.

 

Grands projets en cours ou à venir :

 

  • Rénovation du boulevard Adolphe Max dans le prolongement et la continuité du boulevard Anspach (matériaux de revêtement, mobilier urbain). Tirer profit de ce chantier pour engager la réfection des rues comprises dans le triangle dessiné par les boulevards Jacqmain/Adolphe Max en vue de rouvrir ce quartier actuellement confiné sur lui−même, en arrière de bâtiments et à la marge du mouvement de la Ville.

 

  • Place Rouppe : cette place qui fait le lien entre l’avenue de Stalingrad et la rue du Midi doit être repensée au regard des nouveaux projets en cours de réalisation, avec l’intention de créer un espace plus ouvert, convivial et mieux mis en valeur.

 

  • Porte d’Anvers : cette place réduite actuellement à la fonction prépondérante de carrefour et de passage mérite également un aménagement qui la restituerait davantage aux riverains.

 

  • Place Boeckstael : il est urgent de revaloriser la place emblématique de Laeken en sorte qu’émergent des activités de cohésion sociale autour de cet espace qui structure l’ensemble des quartiers alentour.

 

  • Parc Maximilien : le contrat de rénovation urbaine doit permettre la réappropriation de cette vaste étendue afin d’y redessiner un espace vert digne de ce nom et attractif dans un quartier densément habité qui en a particulièrement besoin.

 

  • Square Jules de Trooz : le Monument au Travail, érigé par l’architecte Mario Knauer à partir des sculptures de Constantin Meunier, en fait un lieu hautement symbolique du socialisme bruxellois et de ses valeurs d’effort et de solidarité. Trop longtemps fermé à toute activité, le square sera repensé afin que son nouvel aménagement incite les habitants à redécouvrir le site et son remarquable monument classé.

 

  • Boulevard Lemmonier et l’avenue Stalingrad : dans le cadre de la réalisation de la nouvelle station de Métro, la Ville accompagnera le projet mené par la Région afin de réduire au maximum les nuisances. De plus, la Ville veillera à ce qu’un aménagement soit réalisé de manière plus qualitative pour le bd. Lemmonier et à l’identique pour l’av. de Stalingrad.

 

  • Porte de Ninove : la Ville s’engage à ce que la Région termine ce chantier au plus vite avec le meilleur accompagnement qui soit pour les riverains.

 

  • Rue du Midi : la réalisation de cette artère se verra prolongée tel que le prévoit le permis d’urbanisme.

 

  • Les places d’Espagne et Agora : Ces deux places centrales situées à l’entrée du cœur historique de Bruxelles méritent une réfection en profondeur.

 

  • Place de la Liberté : Cette place du quartier de Notre-Dame-Au-Neige est un lieu de rencontre de tout le quartier. Habitants, travailleurs et commerçants verront leur place s’améliorer afin de rendre cette place encore plus conviviale.

 

  • Quartier des Squares : création d’une promenade dans ce quartier (Clovis-Ambiorix- Ch.Quint) au-dessus des voies de chemin de fer.

 

TRAVAUX PUBLICS

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous