SENIORS

CONTEXTE ET BILAN

La présence de plus en plus nombreuse d’aînés dans notre société est un signe de richesse. Ils bénéficient d’une expérience unique et sont, en ce sens, une source incontournable d’apprentissage et de conseils pour les plus jeunes. La retraite ne correspond pas à l’inactivité, loin s’en faut. Les aînés sont présents dans tous les domaines de notre société : éducation, santé, culture, vie associative, politique... Les élus locaux ont un rôle à jouer non seulement pour améliorer l’autonomie des aînés et leur cadre de vie, mais aussi pour leur permettre de participer pleinement à la vie politique, culturelle, économique, sociale et associative de leur commune.

 

Selon une enquête commandée par la Ville de Bruxelles et réalisée par la VUB sur un échantillon de 800 personnes de plus de 60 ans afin d’objectiver les besoins des seniors et d’élaborer un véritable plan communal de « Politique Seniors ».

 

Les trois risques les plus souvent mis en avant en matière d’insécurité étaient : la crainte de se faire agresser en rue (52%), les vols dans la maison (46%) et l’insécurité dans le trafic routier (32%). Le sentiment d’insécurité a une influence importante sur la mobilité, le choix des activités et la qualité de vie.

Par rapport au quartier, une majorité des seniors trouvait qu’il est agréable d’habiter son quartier. 50% d’entre eux avaient des contacts réguliers avec des personnes du quartier et étaient généralement satisfaits de ces contacts (80%). L’enquête a également pointé certaines lacunes dans l’espace public (toilettes publiques, bancs, éclairage, etc.) et des services publics (bureaux de poste, salles de théâtre, etc.).

 

Enfin, près de 50% des seniors connaissent des fins de mois difficiles, 22,6% disposent entre 500 et 999 euros par mois par ménage et 35% entre 1 000 et 1499 euros).

 

Sur base de cette étude, la Ville de Bruxelles a tout d’abord mis en place le plan « Senior Focus » avec l’aide de la Police et de l’asbl BRAVVO. Ce plan propose, depuis juin 2011, des programmes de sensibilisation et de prévention au vol par ruse, au cambriolage, ainsi que des visites de technoprévention. Il prévoit également le renfort de la présence dissuasive (avec un intérêt très appuyé pour les gardiens de la paix) et du volet policier répressif (dépôt de plainte à domicile).

 

A côté de cet important volet sécuritaire, la Ville a élaboré et entamé la mise en œuvre d’un plan « Seniors », dont la réalisation s’est poursuivie tout au long de la mandature 2012-2018. La Ville compte désormais 6 Espaces S, dont ceux du quartier Louise et de la Rotonde 58 (au pied de l’Atomium) récemment inaugurés. Des animations et activités récréatives à destination des aînés y sont proposées, notamment la lutte contre la fracture numérique afin d’éviter la fracture générationnelle. La Ville de Bruxelles a également lancé un label « Senior Friendly » qu’elle décerne désormais chaque année aux établissements Horeca, récompensant la convivialité, l’accessibilité, l’amabilité et la qualité des menus proposés.

 

La Ville de Bruxelles n’est pas en reste concernant les politiques à destination de ses aînés moins valides ou autonomes. La Maison Vésale, inaugurée le 8 mars 2017 dans l’est du Pentagone, synthétise ce qui se fait de mieux dans l’accompagnement de nos aînés. Cette maison de repos et de soins du CPAS peut accueillir 128 personnes souffrant de démence ou d’une maladie apparentée. Elle propose un lieu de vie « comme chez soi » dans lequel le résident dispose de ses repères familiers. L’accent est mis sur la « démédicalisation » de l’environnement (liberté de circuler, personnel de soin et d’encadrement en tenue civile, partage de la salle de sport, respect du rythme de chacun, création d’une cuisine propre…). C’est donc la structure qui s’adapte aux besoins du résident et non l’inverse. Un groupe de travail pluridisciplinaire a été créé pour concevoir le projet (directeurs de maisons de repos, personnel soignant, psychologues…). La réussite de celui-ci en a fait la destination de voyages d’étude et une source d’inspiration pour les acteurs de la politique d’accueil des aînés. Cet établissement moderne traduit la volonté du CPAS d’associer des projets de vie spécifiques à chaque établissement. Chacun doit pouvoir trouver sa place dans la société et donc aussi dans les maisons de repos

PROGRAMME

SENIORS

SENIORS

 

Nous proposons de :

 

Assurer des logements adaptés accessibles aux seniors

 

•Poursuivre la mise en œuvre du « Seniors Focus » de la Police et la bonne

réalisation du plan « Seniors » de la Ville.

 

•Charger le Conseil consultatif des aînés d’évaluer et de suivre régulièrement l’avancement du plan « Seniors ».

 

•Développer les capacités du « Bureau information aux Seniors » (BIS) en termes de production et de diffusion d’informations à destination des aînés (offre de services d’aide à domicile, prêt à domicile de médias des bibliothèques de la Ville et de la Médiathèque, offres culturelles, activités sportives, mobilité…).

 

•Orienter la politique de la Ville et du CPAS vers plus d’incitants et de facilités pour

les aînés.

 

•Développer davantage les services d’aide à domicile et les centres de coordination des soins et de l’aide à domicile, et en garantir la qualité afin de rencontrer la demande de la grande majorité des aînés de vivre chez eux le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions possibles.

 

•Soutenir, notamment via des primes, l’adaptation du logement et des aides à domicile (et faire connaître les différentes formules d'aide) pour permettre aux aînés de conserver un maximum d’indépendance et de rester le plus longtemps possible chez eux.

 

•Lutter contre l’isolement des aînés, en soutenant des projets d’échanges citoyens

et des projets intergénérationnels.

 

Améliorer l’accueil dans les maisons de repos du CPAS de la Ville de Bruxelles

 

•Créer une nouvelle maison de repos.

 

•Poursuivre le développement des services publics d’aide à domicile (dont l’assistance de nuit) et les centres de coordination des soins et de l’aide à domicile, et en garantir leur qualité afin de satisfaire la demande de la grande majorité des aînés de vivre chez eux le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions possibles.

 

•Soutenir les projets existants à la Régie foncière, au CPAS et à LOREBRU de résidences-services et en promouvoir de nouveaux au sein de chaque quartier, permettant ainsi aux personnes âgées de rester chez elles et d’être aidées tout en conservant leur autonomie.

 

•Poursuivre plus particulièrement les résidences-services sociales dont l’objectif est d’être accessibles aux personnes disposant de revenus modestes, ainsi que les formes de logement qui favorisent la cohabitation intergénérationnelle (accueil familial, habitat « Kangourou4 », logements solidaires…).

 

•Augmenter l’offre de logements adaptés aux personnes âgées notamment via des

partenariats public-privé.

 

•Poursuivre une politique du logement public adaptée qui rencontre les besoins spécifiques des aînés à revenus modestes. Prévoir leur adaptation lors de la construction ou la rénovation des logements publics : largeur des passages entre les pièces, suppression des différences de niveaux, douches de plain-pied, ascenseurs…

 

•Poursuivre le développement de centres d’accueil, de soins de jour et de maisons

de type communautaire (activités de jour encadrées).

 

Améliorer la mobilité des aînés

 

•Améliorer l’information spécifique en matière d’offre combinée de modes de

transport via le « Bureau information aux Seniors ».

 

•Rendre l’espace public plus sûr et plus convivial en éclairant les passages pour piétons et en s’assurant qu’ils soient présents en suffisance, en réglant le temps des feux de signalisation pour permettre aux piétons les plus lents de traverser en toute sécurité, en aménageant les espaces verts avec des aires de repos (bancs publics) et en organisant des marches exploratoires afin d’identifier avec les aînés les espaces publics à mieux sécuriser.

 

•Poursuivre le service d’accompagnement par quartier pour les personnes isolées qui ont peur de sortir seules.

 

•Soutenir une politique de transports en commun tenant compte des besoins spécifiques des aînés (fréquence des dessertes, points d’arrêt, parcours, accessibilité des transports, arrêt à la demande, abris de bus, entretien des ascenseurs et escalators dans les métros…) et mettre en place un service social de mobilité pour les aînés moins valides (taxi social).

 

•Poursuivre la mise en place de services administratifs décentralisés et l’offre de navettes permettant aux citoyens - et plus particulièrement aux aînés et aux moins valides - d’accomplir aisément la plupart des actes administratifs importants.

 

•Poursuivre la politique de cartes de stationnement « Visiteur », c’est-à-dire une carte délivrée à un riverain bruxellois PMR ou de plus de 65 ans et ne disposant pas lui-même d’une carte riverain, afin de permettre à un visiteur de stationner dans le secteur dudit riverain à raison d’un jour (fixe) par semaine, pendant une durée d’un an (10€).

Favoriser la vie sociale des aînés et soutenir la solidarité intergénérationnelle

 

•Poursuivre la sensibilisation des acteurs locaux à la lutte contre les discriminations liées à l’âge, en s’appuyant sur l’outil de la « charte intergénérationnelle » visant, notamment, à mieux intégrer les aînés dans leurs projets ;

 

•Multiplier les espaces de rencontres et les projets intergénérationnels, au départ des associations de quartier ou des maisons de repos pour des échanges d’expériences, tout en y encourageant les projets de transmission de la mémoire sociale et de la vie du quartier.

 

•Poursuivre l’adaptation des Maisons de quartier, lieux de vie où sont proposés aux aînés, régulièrement et en groupe, la possibilité d’un accueil, de rencontres de personnes de même génération ou d’un autre âge, des activités participatives diverses, des moments de convivialité afin de proposer une offre d’activités intergénérationnelles.

 

•Soutenir les projets d’accueil et de garde encadrée de la petite enfance par des

bénévoles seniors ainsi que le recours à ceux-ci pour les écoles de devoirs.

 

•Mettre en place un projet de « Grands parents d’adoption » pour promouvoir les échanges entre jeunes et aînés qui le souhaitent et encourager le développement de projets « Seniors consultants » composés de travailleurs à la retraite qui partageraient leur expérience en venant en aide bénévolement à des associations, écoles, projets de développement local (par exemple les projets de parrainage).

 

•Poursuivre et renforcer les projets et initiatives qui visent à lutter contre la fracture numérique à l’attention des aînés, par exemple avec l’aide de plus jeunes : apprentissage de l’informatique, des e-mails, Gsm, création d’espaces publics numériques avec plages horaires dédiées aux aînés… (lire à ce sujet le chapitre « Lutter contre la fracture numérique » de notre programme).

 

•Soutenir le développement de la vie associative des aînés (clubs culturels, comités 3x20).

 

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous