PROPRETÉ PUBLIQUE

CONTEXTE ET BILAN

La propreté c’est l’affaire de tous ! Car elle est indispensable au bien-être et à la qualité de vie en ville. La Ville de Bruxelles avait initié d’importants changements en la matière à partir de 2006. Les mesures prises à l’époque ont été prolongées dès 2012 puis étoffées a de nouvelles initiatives. La Ville de Bruxelles n’a eu de cesse de renforcer le Service Propreté et de l’étendre à l’ensemble des quartiers, sans distinction, pour assurer constamment le nettoyage des voiries de Bruxelles. Des problèmes subsistent cependant, comme la collecte des sacs poubelle qui devrait être repensée et les incivilités contre lesquelles une plus grande implication de la Police est nécessaire.

 

Il s’agit plus généralement de renforcer le dispositif d’intervention et le matériel mis en place pour amplifier les résultats déjà obtenus. Les chiffres illustrent l’ampleur de la tâche et la mobilisation de nos services pour s’en acquitter.

 

Alors que le balayage était souvent limité à 5 jours (du lundi au vendredi), il est à présent étendu aux week-ends dans les quartiers les plus fréquentés. 4 500 corbeilles publiques sont installées sur le territoire communal. Cela représente une augmentation constante de l’offre qui s’adapte continuellement aux besoins du terrain. Sur les axes fortement fréquentés par les piétons, le Service Propreté a installé 51 poubelles « intelligentes ». Elles compressent les déchets qui s’y trouvent permettant ainsi d’absorber six fois plus de déchets que les corbeilles classiques. Et, grâce à des panneaux photovoltaïques, elles envoient un signal au Service quand elles sont presque pleines, ce qui permet de les vider à temps et d’éviter tout débordement désagréable.

 

42 canisites supplémentaires ont été aménagés, portant à 67 le nombre de canisites à disposition des propriétaires de chiens. 32 urinoirs et 9 toilettes publiques ont été installés.

 

92 paires de bulles à verre sont réparties sur le territoire de la Ville. 23 d’entre elles sont enfouies de manière à limiter les nuisances visuelles et sonores. 24 bulles à huile expérimentales ont été installées à Neder-Over-Heembeek et Anneessens. Si ce test s’avère concluant, le dispositif sera étendu par la suite à l’ensemble du territoire.

 

Les collectes d’encombrants ont augmenté de 2 à 3 par an (mars, juin et octobre). Cela représente 1 800 tonnes de déchets collectées chaque année durant ces campagnes.

 

Depuis 2017, 15 tonnes de vêtements réutilisables ont été collectées lors des collectes d’encombrants.

 

Le Service a commencé en 2009 l’effacement gratuit des graffitis et tags couvrant les façades des particuliers. Chaque année des milliers de tags sont ainsi enlevés. Rien qu’en 2017, 8 723 graffitis ont été nettoyés de cette façon.

 

La Ville de Bruxelles propose aussi gratuitement aux commerçants de certains quartiers (UNESCO, Marolles, Sainte-Catherine, De Wand, Louise…) un service quotidien de lutte contre les tags. Ce sont quelque 1 100 commerçants qui profitent de ce service. Concrètement, chaque jour, nos peintres sillonnent ces quartiers à la recherche de nouveaux tags à effacer. La seule condition pour bénéficier de ce service est de mettre à disposition de nos agents des pots de peinture de la couleur de leur façade. Nos « Michel-Ange » des façades ne peuvent en effet pas transporter des pots dans toute la gamme de couleurs existante.

 

Renforcement du personnel

 

Plus de 100 ouvriers sont venus renforcer les rangs du Service Propreté, portant à 270 le nombre de balayeurs et ouvriers, lesquels sont encadrés par 36 chefs d’équipe. Ensemble, ils assurent le balayage des voiries communales, la vidange des corbeilles publiques, l’enlèvement des dépôts clandestins, l’entretien des avaloirs, l’épandage de sel, le nettoyage des tags…

 

L’effectif des médiateurs de la Propreté publique a été renforcé. Avec 12 médiateurs aucun quartier de Bruxelles n’est laissé-pour-compte. Les médiateurs informent les citoyens, rappellent les règles en matière de propreté, font le relais entre les citoyens et le Service. Ils résolvent également les conflits locaux et peuvent verbaliser les personnes inciviques.

 

Nous disposons de 70 agents assermentés dont 6 exclusivement dédiés à la verbalisation des dépôts clandestins.

 

Une dizaine d’agents administratifs encadrent le travail des travailleurs sur le terrain.

 

Sensibilisation

 

Le Service a multiplié les moyens de communication afin d’informer précisément l’ensemble de la population des nouveautés et des possibilités existantes pour se débarrasser de ses déchets.

 

Tous les 6 mois, le Service Propreté publique allait ainsi à la rencontre des habitants. Dans 11 quartiers, les riverains ont pu exposer leur vision de la propreté et travailler activement à l’amélioration de leur environnement. Des centaines d’opérations « haut-parleurs » ont été menées durant lesquelles un message d’information en français, néerlandais et anglais est diffusé de même qu’un dépliant explicatif est distribué en 8 langues (Roumain, Polonais, Bulgare, Turc, Français, Néerlandais, Arabe, Anglais).

 

La Journée Propreté en est déjà à sa dixième édition avec plus de 1 000 « Ambassadeurs Propreté » - des citoyens préoccupés par la propreté de leur quartier

 

- ayant participé à cet événement pédagogique et de sensibilisation. 15 000 élèves ont de même été sensibilisés à la propreté publique dans les 34 écoles de la Ville de Bruxelles.

 

Verbalisation

 

Une véritable politique de verbalisation a été instaurée afin de sanctionner davantage les comportements qui nuisent au quotidien de tous. Elle comporte la création d’un règlement taxe qui simplifie le travail administratif et réduit le délai entre le constat et le paiement. Une cellule de verbalisation des dépôts clandestins a aussi été mise en action. Il en résulte le doublement du nombre des personnes verbalisées en 2017 (passant de 477 à 973). Enfin le montant de certaines taxes en matière d’infraction au règlement de propreté publique a aussi été augmenté (jusqu’à 100% pour les sacs poubelles sortis en dehors des heures prévues ou pour les déjections canines) tandis qu’une nouvelle taxe de 150 € sanctionne désormais l’usage de sacs poubelles non conformes.

 

Par ailleurs, l’accès à la Direction pour l’immatriculation des véhicules (DIV) permet aux agents assermentés de verbaliser les personnes sur base de leur plaque d’immatriculation. 4 500 taxes sont perçues en moyenne chaque année contre 120 avant la prise de fonction de notre échevine socialiste à la propreté publique. Cela représente un total de 58 000 taxes depuis 2008.

 

Valorisation des travailleurs

 

Enfin, le confort et la mise à l’honneur des travailleurs du Service de la Propreté

publique a également été notre priorité durant toutes ces années.

Deux nouveaux locaux ont été inaugurés, portant leur nombre à 18 et l’ensemble des 16 autres locaux ont été rénovés. Ces bâtiments permettent d’accueillir les ouvriers dans les meilleures conditions

 

Cela augmente leur réactivité et renforce leur présence sur le terrain. En effet, n’ayant plus de longue distance à effectuer, ils peuvent intervenir plus rapidement pour régler les problèmes que la population rencontre quotidiennement.

 

Le renforcement du charroi disponible dans les différentes sections qui couvrent le territoire de la Ville permet aux ouvriers d’agir plus vite et plus efficacement sur le terrain. Le passage progressif du matériel roulant à l’électrique diminue les nuisances sonores et environnementales.

 

La campagne « Les Héros du quotidien » a de son côté contribué à donner de la visibilité aux agents de la Propreté auprès de la population. Leur travail indispensable et exigeant est de la sorte mieux reconnu et respecté.

PROGRAMME

PROPRETÉ PUBLIQUE

 

Nous proposons de :

 

Prendre des mesures strictes à l’encontre des contrevenants :

 

  • Poursuivre la répression des incivilités (dépôts clandestins, affichage clandestin, déjection canine, mégots, etc.) afin de réprimer systématiquement toute dégradation de l’espace public (58 000 personnes verbalisées en 10 ans et 5 078 sur les 7 premiers mois de l’année 2018).

 

  • Systématiser la verbalisation des « petites incivilités », en impliquant davantage les services de Police, afin d’amorcer un changement de comportement au sein de la population.

 

  • Utiliser les réglementations à disposition pour verbaliser les dépôts clandestins en fonction de leur dangerosité sur l’environnement. Les amendes pourront aller jusqu’à 62 500€.

 

  • Instaurer la perception immédiate de la taxe en cas d’incivilité en matière de propreté publique. Paiement sécurisé via Smartphone ou remise de la somme contre une quittance afin d’éviter les abus.

 

  • Mettre tous les moyens juridiques en œuvre afin de verbaliser les propriétaires des Airbnb ou de kots étudiants pour lesquels des infractions en matière de propreté sont constatées. Il est temps de responsabiliser les propriétaires sur les conséquences du comportement de leurs locataires de courte durée.

 

  • Augmenter le montant des taxes sur les incivilités en matière de propreté.

 

Renforcer les dispositifs de prévention et adapter l’information aux citoyens

 

  • Sensibiliser les utilisateurs des espaces verts à la protection du patrimoine végétal en veillant à la propreté et au respect de ces lieux mis à leur disposition pour leur agrément.

 

  • Proposer aux Bruxellois des solutions concrètes pour réduire leurs déchets, notamment par des formations au compost, à la fabrication de produits ménagers et la revalorisation des déchets.

 

  • Renforcer la mise à disposition d’informations relatives à la propreté de l’espace public, en s’adressant prioritairement à tous les nouveaux arrivants inscrits à la commune.

 

  • Augmenter encore le nombre d’animations Propreté à disposition des écoles situées sur le territoire de la Ville afin de sensibiliser davantage d’enfants à l’importance de respecter leur cadre de vie.

PROPRETÉ PUBLIQUE

Assurer une cadence homogène du nettoyage de l’espace public

 

  • Étendre encore le balayage des rues et la vidange des corbeilles publiques lorsque des quartiers se développent où que des évènements ponctuels nécessitent une intervention soutenue.

 

  • Regrouper la cellule Propreté des Espaces verts avec le Service de la Propreté publique afin de garantir la qualité d’entretien de la totalité des espaces publics (voiries, parcs, espaces verts, contours des arbres, aires de jeux, fontaines, etc.) et d’homogénéiser les cadences d’entretien au sein des quartiers.

 

  • Garantir l’entretien correct des plaines de jeux afin que les enfants puissent s’y épanouir en toute quiétude.

 

  • Négocier avec l’Agence régionale Bruxelles-Propreté le transfert du balayage aux communes de toutes les voiries actuellement entretenues par la Région et assurer à ces voiries un traitement équivalent à celui des voiries déjà entretenues par la Ville.

 

  • Imposer un nettoyage régulier et planifié des sites propres de la STIB et systématiser l’installation d’une corbeille publique à chaque nouvel arrêt de bus/ tram signalé par l’opérateur de transport bruxellois.

 

  • Systématiser le nettoyage à l’eau du centre-ville et des endroits régulièrement souillés.

 

  • Maintenir les 3 collectes annuelles d’encombrants et améliorer le tri des déchets récupérés.

 

Lutter efficacement contre les graffitis

 

  • Étendre le service d’enlèvement des graffitis, en intégrant l’enlèvement des graffitis à l’acide pour les commerces et les lieux publics.

 

  • Assurer la mise en place d’espaces de tags autorisés à certains endroits de la Ville afin de permettre aux tagueurs de s’y exprimer librement sans vandaliser des façades privées.

 

  • Répertorier systématiquement l’ensemble des graffitis d’un même tagueur afin qu’une fois appréhendé par les services de Police, il soit verbalisé pour l’ensemble des tags.

 

Intervenir rapidement et systématiquement pour un entretien permanent des espaces publics

 

  • Équiper de smartphone le personnel travaillant les week-ends et jours fériés pour leur permettre de traiter les demandes urgentes de propreté publique sans que cela soit reporté au premier jour ouvrable.

 

  • Engager un Community Manager habilité à répondre à l’ensemble des demandes concernant la propreté publique sur les réseaux sociaux. Il sera amené à traiter les plaintes, informer du suivi effectué par le Service Propreté publique, informer les citoyens des services à leur disposition de manière à apporter une information exhaustive et rapide à l’ensemble des Bruxellois.

 

  • Etendre la disponibilité du numéro vert du service Propreté (0800 901 07) aux week-ends et continuer la collaboration avec la Région dans l’utilisation de l’application Fix My Street .

 

Favoriser un mobilier diversifié et adapté

 

  • Élargir l'initiative des collecteurs pour huiles de friture à l’ensemble de la commune.

 

  • Renforcer l’implantation de toilettes et urinoirs publics là où le besoin s’en fait sentir, en particulier dans les parcs.

 

  • Permettre l’utilisation des toilettes des cafés via la mise en place d’un partenariat Ville-Café tel qu’il existe à Berlin : les cafés partenaires de la Ville apposent un sticker « toilettes gratuites » et en contrepartie la Ville verse une contribution de fonctionnement aux cafetiers.

 

  • Augmenter davantage le nombre et accélérer l’enfouissement des bulles à verre existantes (en intervenant auprès de la Région). Trouver des alternatives lorsque l’enfouissement n’est pas possible (par exemple l’embellissement des bulles à verre pour l’intégrer au paysage urbain).

 

  • Promouvoir l’installation de cendriers enfouis aux arrêts de la STIB.

 

  • Favoriser les initiatives visant au recyclage des mégots de cigarette dès lors que leur collecte aura été organisée.

 

  • Permettre au Service Propreté d’utiliser l’eau de la Senne pour effectuer le nettoyage à l’eau de la Ville.

 

  • Promouvoir le tri ou le réemploi durant les collectes d’encombrants en coopération avec les filières de recyclage et les acteurs de l’économie sociale.

 

Promouvoir la collaboration du secteur public avec les particuliers et le privé

 

  • Promouvoir les dynamiques d’association de commerçants dans le cadre de la collecte de leurs déchets. C’est l’occasion de promouvoir les achats groupés permettant une harmonisation de la collecte, une offre adaptée aux besoins des commerçants et de négocier des contrats plus abordables.

 

  • Promouvoir l’enfouissement de conteneurs pour les gros noyaux commerciaux et les nouveaux grands ensembles d’habitations quand le sous-sol bruxellois le permet (à l’instar de ce qui a été réalisé dans le quartier durable Tivoli ou sur le site les Brigittines-Visitandines).

 

  • Promouvoir l’utilisation de conteneurs ou de poubelles rigides dans les quartiers dont la configuration la permet (largeur de trottoir et possibilité de les rentrer).

 

  • Obliger l’installation des cendriers aux points d'entrée et de sortie du personnel de tous les bureaux, universités et commerces et veiller à l’application de cette contrainte.

 

  • Encourager les initiatives citoyennes et l’appropriation de l’espace public par les habitants. Stimuler les citoyens à s’investir dans la propreté de leur quartier et leur donner les moyens d’y parvenir comme cela a déjà été fait avec l’aménagement de pieds d’arbre ou l’installation de bacs à fleurs le long de murs orbes.

 

  • Veiller à l’application du règlement des terrasses en termes de propreté. Les terrasses sont des espaces publics dont la commune autorise l’exploitation. Il est impératif que les commerces respectent leurs engagements en assurant un parfait état de propreté à ces espaces.

 

 

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous