MOBILITÉ ET ESPACES PUBLICS

CONTEXTE ET BILAN

Dans un contexte urbain où le territoire se densifie continuellement et où les surfaces des habitations sont de plus en plus petites et de plus en plus chères, l’espace public est le bien commun urbain par excellence, partagé entre de nombreuses fonctions. Espaces de mobilité, espaces de rencontre, d’interactions, d’écologie urbaine, de détente et de loisirs, les espaces publics doivent être pensés, aménagés et entretenus au service et dans l’intérêt pérenne de tous.

 

A côté de la question de la pollution atmosphérique qu’elles génèrent, la congestion automobile et la saturation du stationnement ont progressivement dominé l’espace urbain au détriment de toutes les autres fonctions d’abord, mais aussi des autres modes de déplacement et, en définitive, de la voiture elle-même. La répartition des espaces publics et la politique de mobilité ne peuvent pas être seulement réservées à ceux qui possèdent des moyens de transports motorisés individuels. La ville doit garantir à chacun la possibilité d’effectuer les déplacements quotidiens qui lui sont nécessaires pour faire face aux réalités économiques, professionnelles, sociales ou encore familiales.

 

La politique de mobilité et d’aménagement des espaces publics doit faciliter les contacts sociaux, l’accès au travail, à la culture, à l’enseignement et aux services. Alors que plus de la moitié des ménages bruxellois vit sans voiture privée et qu’une majorité des Bruxellois pointe la mobilité comme enjeu politique prioritaire, nous devons poursuivre nos efforts et renforcer notre action afin de permettre une réappropriation des espaces publics par les Bruxellois et de sécuriser et fluidifier l’ensemble des modes de déplacements, à la faveur des modes actifs, des transports en commun et des services de livraison et de partage. Dans ce contexte, la politique du stationnement constitue un levier essentiel qu’il convient d’exploiter au mieux dans l’intérêt de l’ensemble des Bruxellois et de Bruxelles.

 

Depuis le début des années 2000, la Ville a décidé de mettre un terme à la politique du « tout à la voiture ». Elle réaménage progressivement tous ses espaces publics au bénéfice d’un rééquilibrage et d’une diversification de leurs usages. La piétonisation de la Grand-Place, puis de l’ensemble du périmètre Unesco et des Halles Saint-Géry, le réaménagement du quartier des Quais, la fermeture des boulevards du centre à la circulation automobile de transit et le réaménagement progressif des places de Brouckère, de la Bourse et Fontainas, la réappropriation des rives du Canal, le maillage de pocket parks en cours de développement à Laeken, la finalisation du nouveau parc de la Senne dans le quartier Nord sont autant de réalisations et de projets que nous avons menés ou portons dans le cadre d’une vision globale cohérente, progressiste et durable. Mais il reste encore beaucoup à faire pour préparer nos espaces publics aux

défis de demain et garantir à tous les Bruxellois une mobilité effective et efficace.

 

PROGRAMME

MOBILITÉ ET ESPACES PUBLICS

 

Nous proposons de :

 

Renforcer l’expertise et les moyens de la Ville

 

  • Centraliser les compétences de la Ville en matière de conception et d’aménagement des espaces publics, de mobilité et du stationnement (planification, dissociée de la gestion et du contrôle) au sein d’un même service sous l’autorité du Bourgmestre ou d’un même échevin.

 

  • Elaborer une vision globale et cohérente de la mobilité et du stationnement à l’échelle de chacun des quartiers de la Ville mais aussi du territoire communal, régional et métropolitain via l’adoption d’un Plan communal de développement durable assorti d’un Plan communal de mobilité et de stationnement en phase avec le futur Plan régional de mobilité. Doter ces PCDD, PCM et PCS d’un système de suivi et d’évaluation informatisé, dynamique et cartographié.

 

  • Poursuivre et renforcer les efforts de collaboration, d’échange d’informations et de coordination instaurés à l’échelle métropolitaine avec la Région bruxelloise et la Région flamande autour des projets « Top Noordrand », Buda+, Fietssnelweg, Ring, développement du boulevard « international » et de l’ex-site de l’Otan, Parking C, etc.

 

  • Systématiser et informatiser la mise à jour des bases de données cartographiques communes aux différents services de la Ville (mobilité, planification, travaux de voiries, stationnement, revitalisation urbaine), et l’enrichir des données issues de la Police (statistiques et localisations d’accidents par exemple), de la Région (STIB, Bruxelles Mobilité, Perspective, etc.) afin de renforcer la connaissance territoriale de la Ville et d’améliorer la coordination et la gestion de ses espaces publics et de sa mobilité. Renforcer en ce sens les fonctionnalités du CityGIS et mettre l’outil à disposition des services concernés

 

Renforcer l’exemplarité de la Ville

 

  • Réévaluer les plans de déplacements d’entreprise de la Ville et du Centre d’action sociale dans le cadre de la réorganisation de leurs services en encourageant et facilitant résolument la multimodalité des agents de la Ville et l’usage des modes déplacements collectifs (covoiturage, transport en commun) et actifs (piétons, cyclistes).

 

  • Veiller à avoir une flotte de véhicules non utilitaires réduite au strict nécessaire, à réduire les gabarits et les consommations des véhicules de service et de fonction et chercher à en optimaliser l’usage, éventuellement par leur mise en location en soirée et les week-ends au service de tous les agents et/ou habitants (via une application de carsharing).

 

  • Poursuivre et renforcer le projet pilote de mise à disposition de vélos électriques de fonction et/ou utilitaires (cargobikes) des agents de la Ville qui effectuent des déplacements dans le cadre de leurs fonctions (professeurs, livreurs de colis et courriers, techniciens réparateurs, visites de chantier, etc.).

 

  • Généraliser et systématiser les outils de contrôle des consommations du parc automobile et de l’accès aux carburants.

 

  • Promouvoir auprès du personnel le « bouquet de transports » combinant transports publics (STIB/SNCB), taxis, taxis collectifs, services de livraison, car sharing, vélos en libre-service et achat de vélo électrique afin de permettre aux nombreux agents bruxellois de vivre agréablement en ville sans posséder de voiture individuelle.

 

Priorité à l’apaisement et la fluidité du trafic automobile

 

  • Rendre le transport automobile plus performant en travaillant à la décongestion de la circulation.

 

  • Collaborer avec la région flamande, De Lijn et la SNCB et les communes de Wemmel, Grimbergen, etc. afin de développer un réseau de parkings de dissuasion à l’attention des navetteurs, à proximité des principaux nœuds de transports en commun afin de les inciter à utiliser des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle.

 

  • Préserver nos quartiers du trafic de transit en le canalisant sur des axes de première et deuxième importance (régionaux ou interquartiers).

 

  • Améliorer la signalisation dynamique des parkings publics de la Ville et de la Région et renforcer leur caractère multimodal (situés à proximité de transports en commun, équipés de stations de vélos et de voitures partagées).

 

  • Poursuivre les créations et aménagements concrets des Zones 30 avec l’objectif de couvrir l’intégralité des quartiers et ne permettre le 50km/h que sur les voiries régionales et interquartiers.

 

  • Analyser, à l’occasion de l’élaboration du Plan communal de mobilité, l’impact du remplacement de la boucle de desserte du centre-ville par le système de boucles de desserte organisées depuis la petite ceinture.
  • Faciliter l’implantation et le développement de services de livraison « propres », particulièrement à destination de la clientèle des commerces du centre.

 

Une ville où le piéton est roi

 

  • A tout âge, marcher et se promener dans chaque quartier confortablement et en sécurité doit redevenir aisé et agréable. La promotion de la marche est essentielle puisque plus de 25% des déplacements intra-bruxellois font moins d’un kilomètre et que tous nos trajets débutent et s’achèvent par un parcours à pied. Il importe dès lors de « penser la ville » d’abord et avant tout en fonction du piéton, qui plus est des personnes à mobilité réduite.

 

Rendre les cheminements piétons plus lisibles, pratiques et confortables

 

  • Poursuivre et renforcer la création de maillages, de réseaux de zones 30, d’espaces publics apaisés et d’espaces verts dédiés à la détente ainsi qu’aux modes de déplacements actifs sécurisés et connectés aux principaux pôles multimodaux de la Ville. En ce sens:

 

  • Poursuivre l’aménagement de la coulée végétale et la connexion cyclopiétonne entre le quartier Nord, le quartier Masui (Parc de la Senne) et Laeken (parvis Notre Dame, place Bockstael et parc de Tour et Taxis) et la connecter au centre-Ville et à la promenade verte des Quais à l’occasion du réaménagement du parc Maximilien.

 

  • Réaliser les deux bras du parc de la Sennette programmés dans le quartier de la Porte de Ninove afin de le connecter au Parc de la Rosaie à Anderlecht.

 

  • Poursuivre à Haren le recensement des chemins et sentiers vicinaux et promouvoir leur usage en les intégrant dans un réseau de mobilité cyclopiétonne aux échelles locale et supra locale propice au désenclavement des Harenois (et à la mise en valeur de leur patrimoine) et à la mobilité cycliste quotidienne des navetteurs du Nord de Bruxellois.

 

  • Renforcer la régie des Travaux publics chargée de l’entretien et des petites réparations urgentes (marquages au sol, pavage, nid de poule, etc.).

 

  • A l’occasion de chaque intervention en espace public, sécuriser davantage les traversées piétonnes et les aménagements cyclables.

 

  • Multiplier l’installation de boutons poussoirs aux traversées des grands carrefours afin de limiter le temps d’attente des piétons.

 

  • Installer, chaque fois que la sécurité du carrefour le permet, les nouveaux panneaux autorisant le (seul) tourne à droite des cyclistes malgré un feu rouge.

 

  • Faire appliquer la priorité des piétons en zone 30 et supprimer les feux de circulation là où c’est possible dans le Pentagone.

 

  • Développer et valoriser le réseau de promenades urbaines balisées reliant les différents points d’intérêt de la Ville et de ses nombreux quartiers tels que les pôles de transports intermodaux, les promenades thématiques touristiques, culturelles ou encore sportives.

 

  • Installer des passerelles ou des people mover afin de faciliter et d’écourter certains parcours au bénéfice des piétons et cyclistes (passerelle Fransman à Laeken, ascenseur du Palais de Justice dans les Marolles, la Passerelle « Picard » au Quai des Péniches, etc.). En ce sens, collaborer avec la Région et Beliris en vue de concrétiser le projet de passerelle de la gare royale à Laeken et de la passerelle de l’Osier Fleuri à Haren.

 

  • Veiller à la qualité des aménagements de déviation cylcopiétonnne provisoires à l’occasion des chantiers et des grands évènements.

 

  • Poursuivre la politique d’adaptation de tous les espaces publics afin de les rendre accessibles et praticables aux personnes à mobilité réduite (marquages au sol différenciés, bis sonore aux feux, etc.) et intégrer systématiquement le confort de tous les types d’usagers (du livreur au père avec poussette) au moment de la conception des nouveaux aménagements.

 

  • Renforcer la sécurité aux abords de toutes les écoles et de tous les centres sportifs et éducatifs de la Ville de Bruxelles via la réalisation des aménagements nécessaires à la mise en zone 30 effective voire la fermeture des rues aux heures d’ouverture des établissements

 

  • Promouvoir en concertation avec les riverains et usagers les initiatives de mise en piétonnier temporaire de certaines rues à des fins récréatives.

 

Nos priorités pour les transports en commun

 

  • Les transports collectifs doivent devenir les modes de transport préférés des Bruxellois et des visiteurs. Ils sont en effet accessibles à tous et permettent de véhiculer un grand nombre de personnes en consommant moins d’espace et moins d’énergie.

 

  • A l’exception de Neder-Over-Heembeek et de Haren, le réseau des différents modes de transport public urbains couvre plutôt bien l’ensemble du territoire mais les performances des trams et des bus sont sérieusement dégradées en de nombreux endroits : irrégularités, temps de parcours peu attractifs, surcharge, etc.

 

  • Il est donc essentiel pour désengorger la Ville au profit de tous d’aider les sociétés de transports publics (TEC, STIB, DeLijn, SNCB) à améliorer leur offre sur le territoire de la Ville.

 

Promouvoir l’usage des transports collectifs

 

  • Penser l’urbanisation de la ville en fonction des pôles de transport existant ou programmés (paramètre décisif pour l’implantation d’une école secondaire par exemple) et inscrire l’offre de transport public dans le développement des nouveaux projets urbains.

 

  • Promouvoir l’intermodalité en prévoyant des parkings de dissuasion aux différentes entrées de la Ville afin d’encourager les navetteurs et voyageurs à prendre les transports en commun ou le vélo pour accéder au centre-ville.

 

  • Maintenir le taux de remboursement de 100% de l’abonnement afin d’inciter le personnel communal à utiliser les transports en commun.

 

Améliorer la vitesse commerciale des transports en commun de surface

 

  • Renforcer et institutionnaliser la coordination et l’esprit de partenariat existant entre la Ville, la STIB, De Lijn et le TEC afin de collaborer davantage au moment de la conception et du réaménagement des espaces publics.

 

  • S’accorder avec la STIB sur l’application de nouvelles mesures localisées destinées à favoriser radicalement les transports en commun et à supprimer les différents « points noirs » actuels : aménagement de sites propres, contre sens pour les bus, priorité systématisée aux feux, identification d’un lieu alternatif de terminus des bus stationnant actuellement dans le bas de la ville, etc.

 

  • Maintenir une bonne desserte de surface de tous les quartiers.

 

  • Assurer la création d’une ligne de transport à haut niveau de service connectant le centre-ville à la gare du Nord, à Tour et Taxis et la place Bockstael à Laeken.

 

  • Assurer la création d’une nouvelle ligne à haut niveau de performance afin de desservir les quartiers de Neder-Over-Heembeek (et plaider pour la prolongation du projet de métro vers Bordet et Haren).

 

Faire du vélo la petite reine

 

La pratique du vélo connaît une croissance importante et continue ces dernières années. Le vélo reprend progressivement sa place dans l’espace public et dans les mentalités. Pourtant, bien que très économique, très rapide et excellente pour la santé, l’utilisation du vélo est encore souvent estimée insuffisamment sécurisée.

Afin de promouvoir résolument ce mode de déplacement, de permettre aux cyclistes de se déplacer en toute sécurité dans leur Ville et aux enfants de se rendre en vélo à l’école, nous nous engageons à :

 

  • Développer, à l’occasion de l’élaboration du Plan communal de mobilité, un véritable Plan vélo constitué d’un réseau pratique et lisible d’Itinéraires cyclables communaux sécurisés en cohérence et complémentarité avec le réseau d’Itinéraires cyclables régionaux de la Région bruxelloise et les réseaux « Trage Wege » et « Fietsnelweg » de la région flamande.

 

  • Privilégier les revêtements adaptés aux vélos sur les itinéraires cyclables et sur les grands axes.

 

  • Privilégier, dans le cadre de la sécurisation des itinéraires cyclables existants ou à créer, des aménagements physiques réels.

 

  • Renforcer le contrôle du respect des pistes cyclables et développer les brigades cyclistes.

 

  • Soutenir le développement d’un système de vélo électrique en libre-service.

 

  • Faciliter le stationnement sécurisé des vélos à proximité des écoles, centres sportifs et différents services et points d’intérêts de la Ville.

 

  • Promouvoir l’initiative d’implantation de box à vélos collectifs sécurisés en espace public.

 

  • Sensibiliser et éduquer à l’utilisation du vélo via des systèmes de ramassage scolaire, des formations et primes au personnel, etc.

 

Poursuivre la valorisation de nos espaces publics et leur aménagement au service de la Ville, de ses habitants et usagers

 

  • Poursuivre et finaliser le projet de réaménagement des places du centre.

 

  • Etendre le maillage réalisé au boulevard Adolphe Max et à la rue Neuve (en connexion avec la place Rogier) à l’occasion de leur futur réaménagement.

 

  • Etendre également le maillage vers le nouveau « pôle canal » et le quartier Nord via le réaménagement de la place Sainctelette, de la Porte d’Anvers et du parc Maximilien.

 

  • Elaborer un projet de réaménagement de la rue du Midi, du Boulevard Lemonnier et de la place Anneessens et de meilleure connexion au quartier de la gare du Midi (à l’occasion du projet de métro Constitution et du PAD Midi).

 

  • Réaménager la place du Sablon (en réduisant drastiquement le stationnement de surface), poursuivre le projet du parc de la Jonction aux abords de la gare de la Chapelle et développer une vision d’aménagement pour la place Royale et les abords de la Cathédrale Saints Michel et Gudule (sud du Pentagone, haut de la Ville).

 

  • Relier davantage le haut et le bas de la Ville en réaménageant les places d’Espagne et Agora afin de renforcer leur qualité paysagère et les cheminements piétons entre la gare centrale et la Grand Place.

 

  • Requalifier le Parvis de l’église du Béguinage en supprimant le stationnement et en l’aménageant en zone de rencontre.

 

 

MOBILITÉ ET ESPACES PUBLICS

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous