INFORMATIQUE

CONTEXTE ET BILAN

Les technologies de l’information et de la communication font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. En 2012, nous avions entamé la transition de l’échevinat de l’Informatique vers un échevinat des nouvelles technologies numériques. Ces six dernières années, nous avons consolidé le développement de ces nouvelles technologies afin de les orienter exclusivement vers l’amélioration du service rendu aux usagers de la Ville. Parmi les différents outils mis à disposition de nos concitoyens mentionnons les guichets électroniques, l’inscription en ligne des candidats locataires à la Régie foncière, le portail de l’ensemble des bibliothèques de la Région, le nouveau site de la Ville, le Wifi dans l’espace public, l’accès et l’usage libre des données numériques (open data), l’équipement et les logiciels informatiques de nos écoles.

 

Cette politique volontariste s’est appuyée sur notre gestionnaire de l’informatique à la Ville. Cette structure, Créée en 1993 par la Ville de Bruxelles, remplit principalement une mission de gestion, de développement et d’exploitation d’applications et infrastructures informatiques, bureautiques et de télécommunications pour les besoins de la Ville. Pour la gestion des infrastructures locales, on parle de 8 700 PC & portables, 4 000 téléphones, GSM et smartphones, 7 000 écrans, 2 100 imprimantes, 400 tableaux blancs interactifs, 700 logiciels de bureautique…

 

En 6 ans, nous avons donc engrangé de nombreuses avancées. Tout d’abord la dématérialisation des documents. Il s’agit aussi bien des documents internes à la Ville, que de ceux relatifs aux échanges avec la Tutelle ou de ceux au moyen desquels l’administration et les citoyens entrent en contact. Citons comme exemples le renouvellement en ligne de l’inscription des candidats-locataires à la Régie foncière, le traitement des factures d’énergie de la Ville (plus de 10 000 factures par an), l’informatisation de toutes les bibliothèques de la Ville de Bruxelles (avec un catalogue collectif en ligne), l’e-guichet qui permet d’obtenir plus rapidement sinon directement certains documents administratifs, l’installation de bornes accessibles au Centre administratif, dans des bureaux de liaison, les espaces publics numériques, les Maisons de quartier… Enfin, l’e-conseil permet, depuis 2016, à chaque conseiller communal d’accéder à l’ensemble des dossiers à partir de n’importe quel ordinateur ou tablette. Cela représente une économie de temps, de transport et de papier.

 

Ensuite, la lutte contre la fracture numérique. Elle se caractérise par la mise à disposition de bornes e-guichet au Centre administratif, l’augmentation des espaces publics numériques (EPN) et des points d’accès public à Internet (PAPI). La Ville propose sur son territoire des PAPI dans 6 bibliothèques publiques (20 postes) et des EPN dans 3 autres bibliothèques communales (46 postes). Le centre informatique

BruSurf (10 postes) facilite l’accès libre à Internet, propose des ateliers aux 12-18 ans, des initiations aux bases de l’informatique, des formations aux adultes, des séances d’information. Des accès à Internet sont également proposés dans des structures orientées vers le social (Double Click) ou vers l’emploi (Maison de l’emploi). En collaboration avec notre partenaire TIC-Tanneurs, nous assurons par ailleurs le reconditionnement du matériel informatique déclassé de la Ville pour répondre aux nombreuses demandes du milieu associatif bruxellois : écoles des devoirs, Maison de l’Emploi, etc. Enfin, nous avons modernisé le site Internet de la Ville en mai 2017.

 

Dans le même esprit, nous voulons propulser nos écoles à la pointe du progrès avec l’informatisation de tous nos établissements. En effet, les établissements du réseau communal bruxellois disposent d’ordinateurs pour leur administration et pour des fins pédagogiques. Les élèves bruxellois ont ainsi accès à des dizaines d’applications sélectionnées par les gestionnaires dans les écoles ou par le chargé de projets informatiques du centre de pédagogie et de méthodologie appliquée (CeMPA). Ces applications permettent d’effectuer des exercices, de réviser, de produire des contenus, tandis que les élèves ont bien entendu accès aux ressources de l’Internet. Plus de 700 PC et 620 Mac sont mis à disposition des écoles. Plus d’un millier de tablettes sont proposées dans une quarantaine d’établissements et plus de 360 tableaux blancs interactifs (TBI) sont également utilisés à des fins pédagogiques. Enfin, pour faciliter la tâche des enseignants et titulaires de classe, une application « Bulletin » a été développée. Elle permet d’introduire les points, de les valider, de faire apparaître sur le bulletin scolaire la décision finale et les remarques du titulaire, puis d’aisément l’imprimer.

 

Nous avons de la même manière entamé la transition de la Ville de Bruxelles vers une ville intelligente au service du citoyen. Pour ce faire une coordinatrice Smart City a été engagée en 2015. Elle est chargée de définir la vision, les objectifs et les axes stratégiques de la Smart City pour les prochaines années. Nous soutenons également les projets novateurs sur notre territoire avec un appel à projet annuel Smart City inauguré en 2016. En collaboration avec la Région, nous avons encore installé le Wifi gratuit sur les places publiques, dans des bâtiments administratifs, des lieux culturels à vocation sociale ou sportive. D’autre part, 45 poubelles intelligentes équipent le centre-ville et le site de l’Atomium. En collaboration avec CityDev, nous avons lancé sur le site du Tivoli, le 1e Fablab Bruxellois, un lieu d’innovation ouvert au public et aux écoles. Concernant l’Open Data, en 2014 nous avons mis à disposition des citoyens une plateforme spécialisée open data qui propose 528 jeux de données numériques gratuits s’adressant à tout individu désireux d’obtenir des informations précises. Elle est principalement utilisée par les étudiants et les chercheurs.

 

Cette entreprise doit évidemment se poursuivre avec une extension significative des champs d’action de l’échevinat des nouvelles technologies. Notre ambition est de tirer les meilleures opportunités de celles-ci pour faire de la Ville de Bruxelles une véritable Smart City. Autrement dit une ville au service du citoyen, dont la gestion de l’espace public, intelligente, durable et novatrice est exemplaire. Car les technologies de l'information et de la communication peuvent grandement améliorer la qualité de vie, l'efficience de la gestion urbaine et des services aux citoyens tout en respectant les besoins des générations actuelles et futures dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux.

 

Enfin, pour ne pas transformer ces évolutions technologiques en nouvelles sources d’exclusion des publics fragilisés, nous veillerons particulièrement à ce qu’elles soient accessibles à tous.

 

PROGRAMME

INFORMATIQUE

 

Nous proposons de :

 

Poursuivre notre développement

 

•Réussir le passage de la Ville de Bruxelles vers une Smart City au service du citoyen.

 

•Sécuriser nos données informatiques en nous conformant à la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données privées (GDPR), tout en poursuivant l’ouverture de jeux de données publiques (Open data).

 

•Poursuivre l’amélioration de la gouvernance et renforcer le rôle de notre organisme en charge de la gestion informatique, en concertation permanente avec la Cellule Développement et Organisation (Méthodes).

 

Une administration efficace et modernisée

 

•Penser et mettre en œuvre l’architecture informatique du nouveau centre administratif.

•Accompagner le département des Ressources humaines dans la mise en œuvre pratique du télétravail.

 

•Poursuivre la dématérialisation des documents aussi bien pour les affaires internes

à la Ville ou ses échanges avec la tutelle que dans ses interactions avec les citoyens.

 

•Renforcer les inscriptions et les paiements en ligne dans tous les départements de

la Ville.

 

•Augmenter le nombre de documents administratifs fournis par les e-guichets.

 

•Augmenter le nombre de bornes décentralisées dans des bureaux de liaison, les EPN, les maisons de quartier…

 

•Etendre la prise de rendez-vous en ligne (Démo) aux autres départements de la Ville.

•Améliorer la plateforme citoyenne Bpart afin d’en faire un réel outil d’interaction entre les autorités de la Ville et ses citoyens.

 

•Poursuivre la gestion numérique des Collèges et Conseils communaux.

Des écoles à la pointe du progrès

 

•Répondre aux besoins des écoles en matière d’outils pédagogiques recourant aux nouvelles technologies et au numérique afin de compléter un panel existant et d’agir contre la fracture numérique à travers l’école.

 

Une prise en compte constante des attentes du citoyen

 

•Faire de la lutte contre la fracture numérique une priorité politique.

 

•Augmenter l’offre des EPN (Espaces publics numériques) & des PAPI (Points d’accès public à Internet) dans les quartiers plus fragiles.

 

•Poursuivre notre politique de reconditionnement du matériel informatique déclassé de la Ville pour, ensuite, répondre aux nombreuses demandes du milieu associatif bruxellois.

 

•Poursuivre l’amélioration du site Internet de la Ville, lequel est un outil de communication essentiel contribuant à rapprocher l’administration des Bruxellois.

 

•Favoriser l’achat de matériel disposant d’une garantie étendue, pouvant être réparé et dont le recyclage est assuré.

 

Un échevinat des nouvelles technologiques au service d’une Smart City

 

•Renforcer le rôle et la visibilité de la personne en charge de la coordination Smart City à la Ville de Bruxelles.

 

•Poursuivre la vision, les objectifs et les axes stratégiques élaborés sous cette mandature pour faire de la Ville de Bruxelles une « Smart City ».

 

•Définir comme prioritaire la mobilité, l’e-service, l’éducation & la formation, l’économie et le bien-être.

 

•Dans le cadre de notre politique Smart City, soutenir les initiatives citoyennes

innovantes.

 

•Améliorer l’ouverture et la connectivité de la Ville de Bruxelles à divers réseaux d’échelles allant du citoyen à d’autres villes connectées, en passant par son administration propre.

 

•Poursuivre notre collaboration avec la Région pour étendre notre réseau public

gratuit d’accès à Internet tant dans des lieux fixes que lors de grands évènements.

 

•Poursuivre notre collaboration avec CityDev sur le projet Fablab en y intégrant les écoles et les citoyens du quartier.

 

•Poursuivre notre collaboration avec la Région pour pouvoir présenter une version de

l’Open Data accessible au plus grand nombre.

 

•Lutter plus efficacement contre la fracture numérique en instaurant une formation en informatique suite Office à l’attention des ayant-droit bénéficiaires du dispositif article 60 – Certificat de référence en matière de compétences informatiques ECDL (European Computer Driving Licence niveau Base et Standard), avec pour objectif une validation de compétences organisée par Bruxelles Formation.

 

INFORMATIQUE

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous