ESPACES VERTS, ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

CONTEXTE ET BILAN

Nous construisons une Ville à taille humaine, sans clivage urbain ni séparation spatiale, qui, dans chaque quartier, fournit de manière équilibrée aux habitants emplois, logements abordables, services publics de qualité (en priorité des crèches et des écoles), commerces, transports en commun, aires de jeux et espaces verts. Le droit à la ville passe par le droit à un environnement sain et habitable pour tous nos concitoyens. C’est pourquoi nous voulons doter la Ville d’un véritable bouclier social et écologique.

 

L’écologie urbaine entend précisément conjuguer principe de solidarité et qualité de l’environnement. Les mesures éco-socialistes mises en œuvre dans ce cadre visent à ce que chacun puisse vivre et consommer mieux. Elles apportent ce faisant une réponse locale à une inquiétude universelle devant le dérèglement climatique qui affecte notre planète. Aussi convient−il de sensibiliser le public à ce défi majeur des prochaines décennies. Environnement dégradé, pollution de l’air, raréfaction des ressources, gaspillage des biens et surproduction de déchets sont à terme des menaces pesant sur la cohésion sociale. Nous ne voulons pas d’une polarisation spatiale entre citoyens les plus favorisés et les plus précarisés en réponse à une crise environnementale qui ne connaît précisément pas de frontière. Notre projet éco−socialiste vise à ce que la prise de conscience et la responsabilité individuelles, autrement dit l’engagement citoyen, relayent notre action politique pour rendre effectif le droit égal de tous les citoyens à l’environnement.

 

Dans ce contexte, la Ville de Bruxelles a œuvré ces dernières années à la valorisation et au développement du maillage Vert et du maillage Jeux au service de l’épanouissement des Bruxellois. Elle s’est aussi attachée à adapter le fonctionnement de l’administration communale, aménager le territoire et sensibiliser la population afin de limiter l’ampleur du changement climatique et de se préparer à ses conséquences inéluctables.

 

Valoriser et développer le maillage Vert et le maillage Jeux

 

De nouveaux espaces verts ont été créés (parc du Craetbos, verdurisation des boulevards du centre, pocket parks dans le cadre du contrat de quartier Bockstael, porte de Ninove, parc des sports dans le cadre du projet NEO), réaménagés et étendus (parc Fontainas, parc du Verregat).

La forêt urbaine, située à Neder-Over-Heembeek s’étend désormais sur 22 hectares environ de terrains boisés ou aménagés de manière à favoriser la biodiversité. Les plantations participatives organisées chaque année associent petits et grands à la protection et à la conservation de cette zone naturelle diversifiée.

Les chemins et sentiers du Bois de la Cambre font l’objet d’un programme de rénovation pluriannuel afin de stabiliser la dolomie, de limiter le ravinement et de guider les eaux de pluie vers l’étang.

 

Afin de créer des continuités vertes pour la faune et d’agréables promenades entre les espaces verts publics une attention particulière a été apportée à la signalétique (parcours culturel piétonnier européen, déploiement d’une signalétique patrimoniale et directionnelle dans les espaces verts de la Ville, remembrement des chemins et sentiers de Haren) et, partout où cela est possible, à la plantation d’arbres d’alignement et de végétaux en voirie (pieds d’arbre, bacs, parterres) ou en toiture.

 

Afin de rendre le cadre de vie plus agréable, la Ville de Bruxelles a également développé le fleurissement saisonnier sur tout le territoire en augmentant le nombre de décorations mobiles. Les Bruxellois sont également incités à participer grâce au concours Fleurir Bruxelles dont la formule a été modernisée.

L’égalité d’accès aux espaces verts mais aussi aux infrastructures ludiques doit être garantie à tous les habitants.

 

La Ville de Bruxelles a donc investi dans la création de nouvelles plaines de jeux et le réaménagement, la réfection, et l’agrandissement des espaces existants. Une attention particulière a été portée aux quartiers densément peuplés et déficitaires en espaces ouverts. La Ville de Bruxelles a également veillé à l’installation d’infrastructures adaptées à toutes les tranches d’âges : street workout et terrains multisports pour les adolescent(e)s (parc Maximilien, rue de la Verdure, Querelle, Versailles…), engins de jeux pour les plus petits (Vieux marché aux grains, Horizon, Dolto…), engins de fitness en plein air (physioparcs) pour les seniors etc.

 

Un nouveau règlement d’occupation et d’usage des espaces verts et des aires de jeux, plus clair et lisible, a également été adopté. Il instaure un cadre rigoureux pour les événements (caution et redevance, possibilité d’instaurer des calendriers d’occupation) et constitue également un outil de sensibilisation de tous les usagers au respect du patrimoine végétal.

 

Afin de développer la biodiversité de la faune et de la flore urbaines, plus aucun pesticide n’est utilisé en espace public depuis 2014. L’engazonnement des chemins et la plantation des pieds d’arbres sont progressivement systématisés afin de diminuer le volume des tâches de désherbage.

 

Le service des Espaces verts lutte également contre les espèces végétales exotiques et invasives (berce du Caucase, renoué du Japon, balsamine de l’Himalaya, ailante etc.)

Un plan d’action pour le climat

 

La Ville s’est engagé de longue date pour le développement durable. Dotée d’un Agenda 21 local depuis 2008, elle a adopté son premier plan d’action pour le climat en 2018.

 

Cet outil ambitieux, qui donne pour objectif à la Ville une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, sera amené à intégrer et à chapeauter progressivement toutes les initiatives prises par la Ville en matière de développement durable, de mobilité douce, de sobriété énergétique et de sensibilisation du grand public à l’environnement.

 

Ces initiatives sont nombreuses et de portée différente.

 

La sensibilisation du grand public est assurée grâce aux activités de la cellule Eco-conseil (conférences, projections, ateliers, etc.).

 

L’appel à projets « Initiatives durables » ouvert aux associations et écoles a vu sa dotation augmentée afin de soutenir d’avantage encore les projets citoyens.

 

Les deux achats groupés d’électricité verte et de gaz organisés par la Ville ainsi que les primes environnementales communales, dont une nouvelle prime à l’achat d’un réfrigérateur performant à l’attention des ménages à faibles revenus, sont autant d’incitants financiers, de coups de pouce au pouvoir d’achat, qui permettent simultanément d’inviter les Bruxellois à adopter des comportements responsables et durables.

 

La Ville vise également l’exemplarité, notamment en matière de performance

énergétique de ses bâtiments.

 

Un monitoring des consommations d’eau, d’électricité et de gaz permet d’éviter

tout gaspillage.

 

L’isolation des bâtiments prioritaires (les plus énergivores) a été réalisée. Désormais 30 % de la surface totale de toitures du parc immobilier de la Ville a été isolée soit près de 60 000 m². L’isolation permet en moyenne une diminution de 30% de la consommation d’énergie pour le chauffage du bâtiment ayant été isolé.

 

La Ville investit également dans des installations photovoltaïques : 5 700 m2 soit 3 941 panneaux ont été installés et produisent près d’1 000 000 kWh par an.

 

Ces investissements permettent des économies substantielles et contribuent à

alléger le bilan carbone de la Ville.

.

 

 

PROGRAMME

ESPACES VERTS, ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

 

Nous proposons de :

 

Végétaliser la Ville pour améliorer le cadre de vie, la qualité de l’air et la biodiversité.

 

  • Des espaces verts publics de qualité pour tous les Bruxellois

 

  • Garantir, Comme pour les autres infrastructures et services publics, à tous les habitants l’accès à un espace vert à moins de 10 minutes de leur logement. Créer pour cela de nouveaux parcs de proximité, équitablement répartis sur le territoire.

 

  • Regrouper la cellule Propreté des Espaces verts avec le Service de la Propreté publique afin de garantir la qualité d’entretien de la totalité des espaces publics (voiries, parcs, espaces verts, contours des arbres, aires de jeux, fontaines, etc.) et d’homogénéiser les cadences d’entretien au sein des quartiers.

 

  • Réorganiser et renforcer le service des Espaces verts en recrutant des agents qualifiés pour assurer l’entretien des nouveaux espaces verdurisés, les tâches de jardinage et le soin aux arbres, dans les parcs publics, les cimetières et en voirie.

 

  • Assurer la formation en interne du personnel et la transmission du savoir et de l’expérience des plus anciens.

 

  • Développer un plan Lumière et installer un éclairage public performant afin d’améliorer la sécurité dans et aux abords des espaces verts tout en veillant à la quiétude des riverains et à limiter la pollution lumineuse.

 

  • Appliquer les principes de la gestion différenciée dans l’entretien des espaces verts et des cimetières communaux. C’est-à-dire réaliser un plan de gestion spécifique à chaque parc ou type de zone verte afin d’identifier, par zone, la méthode de gestion et les moyens (humains, animaux, matériels) les plus adaptés.

 

  • Valoriser les cimetières communaux comme espaces verts et zones naturelles.

 

  • Assainir le patrimoine arboré.
  • Engazonner les chemins.

 

  • Sensibiliser le grand public aux méthodes alternatives aux pesticides et à leurs conséquences sur l’espace public : herbes folles, talus de plantes sauvages…

 

  • Expérimenter le recours à des auxiliaires animaux (moutons, chèvres) pour la tonte et l’entretien des zones vertes (écopâturage*).

 

  • Systématiser le fauchage tardif* dans les espaces naturels et semi-naturels.

 

  • Privilégier la plantation de haies vives, d’espèces vivaces et de plantes utiles à la nature (mellifères par exemple) au lieu des plantes fleuries annuelles traditionnelles. Pour cela, reconvertir progressivement les serres et pépinières de la Ville situées à Sterrebeek.

 

  • Privilégier les plantes comestibles (variétés indigènes et anciennes) : petits fruits, vergers afin de créer de la convivialité lors de la récolte ou de sa transformation avec les habitants.

 

  • Prendre en compte le caractère allergène dans le choix des plantations, en particulier des arbres d’alignement et des graminées (pollens).

 

  • Lutter contre les espèces végétales invasives.

 

  • Entretenir et végétaliser les berges des étangs afin d’y promouvoir le retour des
  • espèces indigènes et le déploiement des écosystèmes.

 

  • Poursuivre le développement du projet de forêt urbaine à Neder-Over-Heembeek, en partenariat avec les associations et acteurs économiques locaux.

 

Encourager toutes les initiatives de végétalisation

 

  • Encourager les initiatives citoyennes et associatives dans les espaces privés et publics grâce au permis de végétaliser.

 

  • Développer des primes environnementales communales à la végétalisation.

 

  • Développer les jardins familiaux et partagés.

 

  • Systématiser les jardins pédagogiques dans les écoles et les crèches communales.

 

  • Développer le concours Fleurir Bruxelles pour faire connaître toutes les possibilités de végétalisation.

 

Développer des infrastructures ludiques sûres pour tous les Bruxellois

 

  • Assurer la qualité et la sécurité des infrastructures existantes.

 

  • Construire de nouvelles aires de jeux selon les principes suivants :

 

  • Privilégier les quartiers densément peuplés et bâtis, déficitaires en infrastructures ludiques
  • Diversifier les types de plaines de jeux (aventure, nature, sport, thématique spécifique…) afin de répondre aux besoins de toutes les catégories d’usagers, en tenant compte de l’âge et du genre.
  • Veiller à l’intégration paysagère des plaines de jeux, en particulier au sein des espaces verts, et au caractère esthétique et original de l’aménagement.
  • Encourager la participation des enfants, des jeunes et des riverains lorsque l’aménagement d’une plaine de jeux dans leur quartier est prévu.

 

Préserver et développer un environnement sain et accueillant pour la nature

 

  • Privilégier la rénovation du bâti existant au lotissement de zones encore perméables.

 

  • Renforcer le maillage vert et les « couloirs de biodiversité ».

 

  • Développer l’agriculture urbaine et péri-urbaine en protégeant les terres agricoles et/ou arables (en particulier à Haren et Neder-Over-Heembeek) et en soutenant les projets hors sol (en toiture, sur des friches…).

 

  • Accueillir les animaux en ville :

 

  • Implanter des ruches, nichoirs pour passereaux, hôtels à insectes...

 

  • Prendre en considération le bien-être animal dans les aménagements de l’espace public : création d’espaces de jeu et de rencontre pour les chiens

 

•Respecter le bien-être animal dans la gestion des populations de pigeons et

  • de chats errants

 

  • Aménager les trottoirs, les voiries et les places publiques afin de valoriser l’eau de pluie (réseau drainant, noues ou citernes pour l’arrosage, collecte dans les étangs plutôt qu’à l’égout etc.).

 

  • Lutter contre les nuisances sonores, en particulier liées aux voiries et au survol aérien.

 

Lutter contre la pollution atmosphérique

 

  • Objectiver le niveau de pollution grâce au déploiement de capteurs et d’outils de mesure (communaux ou régionaux) équitablement répartis sur le territoire.

 

  • Améliorer l’information de la population, notamment sur les pics de pollution et plaider auprès de la Région pour une mise en place d’un plan de circulation particulier les jours de pics.

 

  • Développer et mettre en œuvre le Plan Climat pour :
  • limiter les émissions de gaz à effet de serre de l’administration communale (exemplarité) et des acteurs socio-économique du territoire

 

  • Limiter les conséquences de la pollution atmosphérique sur la santé publique (pollution de l’air) grâce à la diminution de la circulation automobile, en particulier aux abords des écoles, maisons de retraite et hôpitaux (personnes vulnérables), et à des installations de chauffage plus performantes.

 

Diminuer la pression automobile

 

  • Développer les zones 30. La Ville répondra favorablement à toute demande d’expérimentation des zones de rencontre (zones à 20 km/h), en particulier aux abords des écoles.

 

  • Rationaliser la logistique urbaine : améliorer le dispositif de livraisons urbaines : plateformes aux entrées de l’agglomération puis mise en place de livraisons en ville par de petits véhicules peu polluants, voire des vélos cargo électriques.

 

Développer les transports en commun et les modes de déplacement actifs

 

  • Rendre les transports en commun plus efficaces :

 

  • Plaider auprès de la Région de Bruxelles Capitale (STIB) et de la SNCB une fréquence plus soutenue des transports en commun, l’élargissement des horaires de circulation (par exemple Collecto et Noctis tous les jours) et une meilleure intermodalité.

 

  • Développer des voies réservées sur les voiries communales empruntées par les transports en commun, et leur donner priorité aux feux pour améliorer la vitesse commerciale.

 

  • Encourager le co-voiturage et l’auto-partage.

 

  • Promouvoir l’installation de bornes électriques et de gaz naturel compressé.

 

  • Viser le triplement de la pratique du vélo.

 

  • Développer et sécuriser le réseau cyclable communal en coordination avec le réseau régional, en systématisant notamment la création de pistes cyclables séparées.

 

  • •Aménager des voies cyclables rapides sur les principaux axes de circulation.

 

  • Apprendre le vélo grâce aux brevets cyclistes dans les écoles et à des formations pour adultes.

 

  • Tripler les capacités de stationnement des vélos : arceaux de rues, boxes vélo, garages dans les écoles, les gares et principaux hubs de transport en commun…

 

  • Rendre identique le prix de la redevance annuelle pour une place dans un boxe vélo et celui de la carte de stationnement riverain.

 

  • Développer les ateliers de réparation et d’entretien des vélos.

 

Améliorer le stationnement des résidents et encourager le commerce de proximité

 

  • Réserver les places de parking existantes aux résidents et aux activités commerciales
  • de proximité (zones bleues).

 

  • Prendre en compte les nouvelles formes d’habitat partagé (colocation, habitat groupé) pour l’attribution des cartes de stationnement.

 

  • Développer des parkings-relais gratuits en périphérie à l’attention des navetteurs,
  • en concertation avec la Région de Bruxelles-Capitale et la Flandre.

 

  • Instaurer, pour les parkings privés, une tarification à la minute plutôt qu’un système où toute heure commencée est due.
  •  

Tendre vers la sobriété énergétique

 

  • Rénover massivement les logements existants : isolation thermique et nouvelles installations de chauffage pour améliorer les performances énergétiques du bâtiment.

 

  • Valoriser les toitures nouvellement isolées : installation d’unités de production d’énergie renouvelable (photovoltaïque, éolien), de toitures vertes, voire de projets d’agriculture urbaine accessibles aux habitants.

 

  • Assurer l’exemplarité de la Ville dans la gestion de ses bâtiments : en 2030 tous les bâtiments de la Ville seront isolés et, là où c’est possible, équipés d’installations de production d’énergie renouvelable (photovoltaïques et cogénération essentiellement).

 

  • Pour les nouvelles constructions, privilégier l’utilisation de matériaux durables et/ ou recyclés.

 

  • Valoriser l’eau de pluie (circuit sanitaire, arrosage des toitures vertes et des jardins partagés.

 

  • Renforcer la sensibilisation et organiser des formations à destination des habitants afin de leur permettre de réduire le coût de leurs consommations en énergies et en eau.

 

  • Poursuivre l’organisation d’achats groupés d’énergie (électricité verte et gaz) qui permettent l’amélioration du pouvoir d’achat, l’information des consommateurs mais aussi la sensibilisation aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables.

 

Développer une véritable économie locale, circulaire et solidaire

 

  • Viser 100% de produits bio et locaux dans la restauration collective communale (crèches, écoles, maisons de retraite, restaurant communal, hôpitaux) et y promouvoir la consommation de légumes, par exemple grâce à un jour végétarien.

 

  • Lutter contre le gaspillage alimentaire :

 

  • Encourager la pratique des contenants réutilisables et du rest-o-pack

 

  • Sensibiliser la population au réemploi des restes.

 

  • Organiser des événements durables : gobelets réutilisables, toilettes sèches, tri sélectif...

 

  • Viser l’exemplarité en faisant de Bruxelles une ville zéro déchet dans les activités qu’elle organise (gobelets réutilisables, suppression des pailles, toilettes sèches, etc.).

 

  • Favoriser le réemploi et la réparation grâce au développement de projets de ressourcerie à l’échelle d’un quartier, que ce soit à l’initiative des pouvoirs publics (CPAS, maisons de quartier, contrats de quartier) ou d’associations.

 

  • Encourager le développement des biens partagés (machines à laver, outillage, locaux à louer) grâce au lancement d’une plateforme de partage et d’échange en ligne, de type donnerie virtuelle.
  • Favoriser le recyclage en encourageant Bruxelles Propreté à déployer un réseau de points de collecte (verre, canettes en aluminium, huiles de fritures, piles, ampoules…) sur tout le territoire et facilement accessibles aux Bruxellois.

 

  • Etendre l’expérience pilote de collecte et de revalorisation du pain menée dans les Marolles à d’autres quartiers.

 

  • Développer le compostage, en particulier en pied d’immeuble. Promouvoir et augmenter les primes environnementales communales à l’achat d’une compostière ou vermicompostière.

 

  • Développer les appels à projet « Initiatives durables » qui récompensent toutes les initiatives citoyennes ou associatives en lien avec le développement durable, la biodiversité, les espaces verts, l’eau, l’énergie, la réduction et la valorisation des déchets, la mobilité, la consommation durable, l’intégration sociale, l’accès à la culture et au savoir, le cadre de vie, l’emploi, le développement économique ou l’économie sociale.

 

  • Utiliser le levier de la commande publique : introduction de clauses sociales, environnementales et d’insertion dans chaque marché public communal afin de favoriser l’économie locale et responsable.

 

ESPACES VERTS, ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous