CULTURE

CONTEXTE ET BILAN

La culture est un héritage et une ambition centrale pour Bruxelles, ville d’arts, centre de création historique et contemporaine. Nous sommes convaincus qu’elle participe à la fois au rayonnement de la Ville et à l’épanouissement de ses habitants. L’art permet de bâtir des ponts entre les cultures, il encourage la rencontre, le dialogue et la lutte contre les intolérances. Contrairement à la tendance générale de diminution des budgets culturels, la Ville de Bruxelles a tenu à défendre son budget dédié à la culture. Depuis 2012, celui-ci a insensiblement augmenté de près de 30 % en passant de 7,5 millions d’euros de subsides à 9,7 millions. A ce budget, il convient de rajouter le budget d’investissement variant de 3 à 5 millions par an selon les besoins. Outre les nombreux opérateurs et institutions présents sur le territoire de la Ville, et qui sont soutenus dans bien des cas, celle−ci dispose de moyens et d’outils qu’elle protège et développe. Depuis 2012, huit nouveaux lieux culturels ont ouvert leurs portes : un nouveau musée, la Garde-Robe Manneken-Pis et la réouverture du Musée des Egouts, la Centrale.lab, le Vaux-Hall du Parc de Bruxelles et le Vanderborght au centre-ville ainsi que le nouveau théâtre de marionnettes « Les Cœurs de Bois » à Laeken, l’ancienne gare de Laeken et le nouveau centre culturel à Neder-Over- Heembeek.

 

D’importants investissements ont aussi été faits pour le réaménagement des infrastructures existantes. La Ville de Bruxelles a également investi dans l’ouverture du Musée bruxellois du Design(ADAM) et du Centre de la Mode et du Design (MAD). L’augmentation du nombre de lieux signifie aussi une intensification des activités et de l’offre culturelles.

 

Les événements récurrents organisés par le Service de la Culture ont pratiquement doublé avec le lancement de l’exposition annuelle dédiée aux artistes bruxellois « Carte de Visite », le festival de marionnettes Insifon, le festival de musique à l’Hôtel de Ville « Music City Hall », le festival de musique classique au Théâtre royal du Parc « Classissimo », le festival du Parc de Bruxelles « Vaux-Hall Summer », les projections de cinéma « L’heure d’été » et les concerts avec « Let it beach » sur le site de Bruxelles-les-Bains. Sans compter l’organisation d’événements ponctuels (Libération de Bruxelles, BXLOVE Summer, l’été à la Bourse…). Les événements existants ont par ailleurs été renforcés. Le festival de cirque « HOPLA! » est, par exemple, passé de 2 à 7 jours. Ces lieux et ces événements recouvrent le champ culturel dans toute sa variété.

 

Durant cette législature, l’accent a été mis sur certains axes essentiels :

 

  • L’accès à la culture en augmentant le nombre d’événements gratuits en espace public, en renforçant la culture de proximité via les centres culturels dans les quartiers, en distribuant chaque année 1 200 tickets de spectacles gratuits aux 65+, en mettant l’accent sur les activités gratuites ou à prix réduit à destination des familles le week- end, sous le label de « CurioCity »…

 

  • La décentralisation afin d’amener la culture dans tous les quartiers et de la rendre accessible au plus grand nombre via l’ouverture de nouveaux lieux à Laeken (Théâtre de marionnettes « Les Cœurs de Bois » et l’ancienne gare de Laeken) et Neder- Over-Heembeek (nouveau centre culturel) et l’organisation d’événements dans des quartiers jusque-là peu utilisés : « Nuit Blanche » dans le quartier européen, « HOPLA ! » dans tous les quartiers, « Insifon » à Laeken puis Neder-Over-Heembeek, etc.

 

  • •La médiation afin de toucher les publics qui ne fréquentent pas les lieux culturels ou les événements, en renforçant les projets participatifs (création d’une œuvre, « le Grand BanKet », pour les 10 ans de la Centrale par exemple) et les équipes éducatives au sein du Service de la Culture.

 

  • L’appui à la création et à l’emploi artistique, en particulier bruxellois avec le soutien structurel d’une vingtaine de lieux dédiés à l’art, le renforcement et l’ouverture de lieux ouverts aux talents émergents (CENTRALE.box et CENTRALE.lab, « Textile Box »), le lancement d’appels à projet, l’attribution de bourses et de prix, le nouveau règlement sur l’activité des artistes de rue et l’organisation d’événements inédits faisant appel à des centaines d’artistes, dont l’exposition annuelle « Carte de Visite » dédiée aux artistes professionnels et amateurs bruxellois. Le développement du PARCOURS Street Art (50 œuvres depuis 2013) contribue à la reconnaissance des artistes urbains.

 

  • Le soutien aux opérateurs culturels avec plus de 90% du budget dédié aux subsides et des centaines de projets soutenus chaque année, passant de moins de 300 à plus de 400 projets subventionnés depuis 2012. Le dialogue est au cœur du processus. Folklore, littérature, poésie, conte, cinéma, culture urbaine, culture alternative, arts plastiques, arts de la scène, socioculturel : les disciplines soutenues sont nombreuses. Des collaborations sont également nées dans le sens des axes défendus afin de proposer certaines activités en espace public gratuitement durant le XS festival avec des performances à la Bourse, certaines activités de l’Ommegang ou encore les projections de courts métrages au Mont des arts durant le « Brussels Short Film Festival » par exemple.

 

  • Le décloisonnement des disciplines et le mélange des publics en amenant l’art contemporain, le cirque, le théâtre ou encore l’opéra dans la rue (projections à Bruxelles-les-Bains), en amenant la musique au théâtre (« Classissimo ») ou la danse au musée (« Performatik » à la CENTRALE par exemple)… Et en encourageant les directeurs des lieux à s’ouvrir à de nouveaux partenariats.

 

  • Le redéploiement des collections d’art de la Ville de Bruxelles et de ses Musées a doublé le nombre de musées et redynamisé ceux qui existent (ouverture de la Garde- Robe de Manneken-Pis et réouverture du Musée des Egouts avec l’organisation de premières expositions temporaires et d’installations, ouverture d’une nouvelle salle dédiée à Manneken-Pis au sein de la Maison du Roi, ouverture d’une nouvelle salle dédiée à la dentelle au Musée Mode & Dentelle, etc.). D’autres projets sont en phase de conception (futur Musée des Arts décoratifs dans la Maison Patricienne, déménagement du Musée Mode & Dentelle…).

 

  • Plusieurs lieux inoccupés ont été aussi dévolus à la culture dont le Byrrhh, temporairement, et de manière permanente le Vanderborght, le Vaux-Hall, l’ancienne église Saint-Nicolas de Neder-Over-Heembeek et l’ancienne gare de Laeken.

 

  • La communication, avec le renforcement de la « cellule communication », la création de nouveaux sites Internet, les réseaux sociaux et la création d’un nouvel instrument d’information : la Newsletter Culture de la Ville de Bruxelles (www.culturekultuur.be).

PROGRAMME

CULTURE

 

Nous proposons l' :

 

 

Accès la culture pour tous

 

  • Renforcer les collaborations entre culture, écoles et bibliothèques. Amener davantage les plus jeunes dans les lieux culturels mais apporter aussi la culture dans les écoles (concerts, théâtre, littérature…) pour que les élèves se familiarisent dès le plus jeune âge avec l’offre culturelle.

 

  • Permettre aux écoles d’assister gratuitement aux répétitions générales des spectacles.

 

  • Renforcer la présence de la culture dans les hôpitaux, les maisons de repos et d’autres institutions de la Ville de Bruxelles, pour atteindre ceux qui ne fréquentent pas les lieux culturels.

 

  • Poursuivre le développement des « CurioCity » afin de renforcer l’offre culturelle gratuite ou à prix réduit le week-end pour les familles.

 

  • Poursuivre l’installation d’œuvres en espace public, notamment le Parcours Street Art.

 

  • Mettre en place une navette sur le canal reliant les lieux culturels (MIMA, KANAL-CENTRE POMPIDOU…) dans certaines circonstances.

 

  • Rendre les événements et les lieux culturels davantage accessibles aux PMR, aux personnes malvoyantes et malentendantes, à l’instar de « NUIT BLANCHE » qui a été récompensée du Prix accessibilité CAP48.

 

  • Etendre les liens entre les écoles artistiques, les académies, les conservatoires, les lieux culturels (projets, visites, stages…) et la Ville de Bruxelles.

 

  • Encourager les événements en espace public et gratuits.

 

  • Programmer un nouvel événement culturel dédié aux seniors : concours de talents.

 

  • Favoriser l’intégration des primo-arrivants et des migrants par la culture.

 

  • Encourager les initiatives qui permettent un réel mélange des publics à l’instar des Dimanches à la Maison de la Création dans le cadre des « CurioCity » et de l’exposition annuelle Carte de visite qui réunit près de 300 artistes bruxellois de tous les horizons et reçoit 5 000 visiteurs.

 

Soutien à la création

 

  • Soutenir la création, en particulier émergente et bruxelloise, via des activités, de nouveaux appels à projets, de nouveaux prix, de nouveaux concours et de nouvelles bourses.

 

  • Poursuivre le contact avec les propriétaires pour mettre leurs espaces inoccupés à disposition de résidences d’artistes ou d’ateliers.

 

  • Avantager les artistes bruxellois dans la programmation des événements culturels de la Ville de Bruxelles.

 

  • Accompagner davantage les artistes étrangers qui souhaitent s’installer à
  • Bruxelles.

 

  • Renforcer le soutien au secteur musical émergent et bruxellois : structures de création, studios d’enregistrement, locaux de répétition, festival… Entamer dans ce cadre les négociations avec le gouvernement fédéral concernant le Théâtre américain.

 

  • Renforcer la place de Bruxelles en tant que ville d’art contemporain via le
  • « CENTRALE », l’installation d’œuvres en espace public et les liens entre les nombreux lieux d’art contemporain, galeries, collectionneurs…

 

  • Pérenniser chaque année une installation de « NUIT BLANCHE » en espace public via l’appel à projets.

 

  • Etendre le soutien à la culture urbaine : poursuivre le développement du PARCOURS Street Art, soutenir les initiatives de ce genre (arts de rue, Breakdance, Hip Hop, Stand up…) et envisager l’ouverture d’une Maison des arts urbains.

 

  • Soutenir et faire connaître les librairies indépendantes bruxelloises, les éditeurs et les auteurs, via une activité fédératrice.

 

  • Soutenir la culture alternative et ses lieux : procéder à la réouverture du Recyclart après les travaux de la Gare de la Chapelle, relocaliser le Magasin 4, soutenir le Cinéma NOVA…

 

  • Favoriser l’expression des cultures européennes et du monde entier présentes à Bruxelles afin que l’offre culturelle bruxelloise puisse refléter davantage la diversité existante, que tous prennent part à la vie culturelle et s’y reconnaissent.

 

  • Poursuivre la mise en relation des opérateurs culturels entre eux et organiser des rencontres avec le secteur culturel afin d’échanger expériences, difficultés, bonnes pratiques et nouveaux défis. Il convient encore de les impliquer davantage dans la politique culturelle globale et de mieux se coordonner pour créer de nouveaux partenariats.

 

  • Concevoir des mesures d’aide aux industries créatives, via le MAD par exemple.

 

  • Soutenir le folklore : Ommegang, Meyboom, Folklorissimo, Manneken-Pis…

 

Infrastructures culturelles

 

  • Veiller à conformer les lieux culturels aux normes de sécurité et les moderniser avec du matériel durable et écologique qui génère une économie à long terme.

 

  • Transformer l’entrée du CENTRALE afin de le rendre plus visible et plus accessible.

 

  • Travailler à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite dans les Musées et tous les espaces culturels de la Ville de Bruxelles en dressant un état des lieux de ce qui existe et en palliant les carences constatées.

 

  • Affecter à la culture des lieux inoccupés comme des bâtiments et des espaces en plein air convertis en salles de répétition, studios d’enregistrement, ateliers, salles d’expositions temporaires, lieux d’activités participatives…

 

Musées

 

  • Créer un pôle Mode et Design à Bruxelles et attirer les visiteurs pour découvrir nos collections, notre savoir-faire et nos talents.

 

  • Poursuivre le plan de redéploiement des collections des Musées de la Ville de Bruxelles pour revaloriser leurs collections exceptionnelles, ouvrir de nouveaux musées et les faire connaître, d’abord aux Bruxellois mais aussi aux touristes de plus en plus nombreux à visiter nos lieux culturels.

 

  • Repenser la scénographie de la Maison du Roi.

 

  • Transformer la Maison patricienne en Musée des Arts décoratifs.

 

  • Déménager le Musée Mode & Dentelle dans un plus grand espace et donner toute son envergure à ce musée pour faire de Bruxelles un centre incontournable de la mode.

 

  • Revaloriser le site archéologique Bruxellae 1238 dans le cadre de l’ouverture du réaménagement de la Bourse.

 

  • Revaloriser le Musée du CPAS et ses collections.

 

  • Envisager la création d’un musée du graphisme.

 

Renforcement des services

 

  • Accroître la collaboration et la transversalité entre les différents services de l’administration bruxelloise, pour rendre plus efficient le service rendu aux citoyens et augmenter les synergies.

 

  • Créer une cellule « Europe » au sein de l’administration pour renforcer la position de Bruxelles en tant que capitale européenne, l’implication de la Ville dans les appels à projets européens (création de dossiers), afin de bénéficier pleinement des subsides FEDER et de les allouer à nos institutions culturelles (formulaires et dossiers de demandes de subsides).

 

  • Renforcer la Cellule Events, très sollicitée par les nombreux évènements en espace public, pour conforter l’image de Bruxelles en tant que ville accueillante, dynamique et innovante. En même temps, nous devons maîtriser le nombre d’événements en espace public et leur implantation afin de limiter les nuisances et décentraliser les événements pour désengorger le centre-ville.

 

  • Augmenter le nombre de services et d’informations disponibles en ligne et centralisés : demandes d’affichage, de prêt ou de location de matériel, d’encodage d’événements culturels dans l’agenda par les opérateurs eux−mêmes, des bourses, des prix, des appels…

 

  • Créer une fonction de liaison officer chargé d’orienter les opérateurs culturels dans leurs démarches.

 

  • Instituer un « Bourgmestre de Nuit » pour coordonner la vie nocturne à Bruxelles (soirées, événements, lieux, nuisances, confort des riverains…).

 

  • Renforcer l’expertise de l’administration, de manière transversale, dans le soutien apporté aux opérateurs et les aider à développer des compétences nouvelles, via des formations par exemple.

 

  • Renforcer les liens avec les universités pour la recherche et le développement en matière de culture (évolution des publics par exemple…).

 

  • Renforcer la coordination des outils de culture de proximité (centres culturels, maisons de quartier, maisons de jeunes, centre Pôle Nord…) et le dialogue avec les associations pour augmenter la participation de tous à la culture. Cela passe par l’engagement de personnel et le renforcement des budgets.

 

  • Encourager les liens entre les lieux culturels francophones et néerlandophones (à l’instar du Beursschouwburg et des Brigittines ou du Bronks et de la Montagne magique, ou encore du Kunstenfestivaldesarts) et les événements bilingues, les liens entre centres culturels et gemeentschapscentra.

 

  • Renforcer et revaloriser le rôle des Archives dans la collecte de la mémoire vivante (témoignages de Bruxellois, acquisitions d’archives de créateurs contemporains, fonds d’archives privés…).

 

  • Encourager les initiatives intercommunales en matière de culture, en particulier les communes voisines (exemple du festival « FEU » avec Ixelles).

 

L’identité Bruxelloise est multiple

 

  • Bruxelles forme le centre d’un des réseaux urbains parmi les plus anciens et les plus importants d’Europe. Elle est respectueuse de toutes les cultures, celles qui ont fait l’histoire de la ville, celles qui s’y sont ajoutées par la suite et tous les brassages auxquels elles conduisent.

 

  • Bruxelles, capitale de la Belgique, est aussi la capitale de 500 millions d’Européens. Une ville où cohabitent plus de 184 nationalités qui vivent ensemble au quotidien. Ainsi notre ville est unique et connait un rayonnement international très puissant. 35% de la population Bruxelloise n’a pas la nationalité belge. 85% de ces 35% est originaire de l’Union européenne. 50 000 personnes travaillent dans notre ville pour les institutions européennes, 5 000 personnes travaillent pour l’OTAN. Bruxelles est connu comme centre du lobbying et 2ème ville de congrès au monde. Bruxelles est donc une ville-monde, mais évidemment aussi la capitale de la Belgique, de la Communauté Wallonie-Bruxelles et de la Flandre.

 

  • Dans une perspective historique le réseau urbain en Belgique est le plus grand et le plus ancien d’Europe après celui de l’Italie du Nord. Tous les 25 km une ville, tous les 50 km une grande ville. Leur proximité n’empêche pas nos villes d’être très différentes. La grande force de cette diversité réside dans l’étroite complémentarité de notre réseau urbain. Chaque ville est capable de réaliser quelque chose dont d’autres sont incapables.

 

  • Par conséquent Bruxelles est indissociable de la Wallonie et de la Flandre. Mais la Wallonie et la Flandre sont tout aussi indissociables de Bruxelles. Voilà pourquoi une de nos missions est le renforcement des liens entre Bruxelles, la Wallonie et la Flandre.

 

  • Bruxelles est une ville multiculturelle à l’esprit ouvert. Chacun, quels que soient ses origines, ses convictions ou son sexe, doit pouvoir s’y sentir chez lui.

 

  • Bruxelles est une ville ouverte et inclusive.

 

 

CULTURE

Adresse

Section PS de la Ville de Bruxelles

21/1 ave Van Ermengem

1020 Bruxelles

Belgique

Suivez-nous